15e Congrès du Front Polisario : la France doit cesser de piétiner le droit international (Parti communiste Français)

Tifariti (Territoires sahraouis libérés), 20 déc 2019 (SPS) La France doit cesser de piétiner le droit international, a plaidé jeudi le représentant du Parti communiste Français (PCF), Pascal Torre.

Dans un discours prononcé à l’occasion de l’ouverture officielle du 15e Congrès du Polisario organisé à Tifariti (territoire libéré sahraoui), M. Torre a indiqué que "depuis plusieurs années la France fait obstacle à l’application des résolutions de l’ONU en s’opposant au référendum d’auto-détermination pour mettre un terme à la colonisation", déplorant "qu’elle (la France) a bloqué l’extension des prérogatives de la de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental (MINURSO) à la protection des droits humains dans les territoires occupés".

Pour le représentant du PCF, le blocage actuel au Sahara Occidental "est avant tout politique", jugeant "déterminante ", l’intervention des opinions publiques.

"Nous le ferons avec l’appui des représentants du Front Polisario en France et de la diaspora sahraouie ", a-t-il assuré.

D’autre part, M. Torre a souligné que la France "cautionne l’intransigeance marocaine " qui anéantit les espoirs de paix et a conduit à la démission de l’ex-émissaire onusien Horst Kohler "qui n’a disposé d’aucun soutien".

Notant que la France "est complice du crime de colonisation et de violation du droit international" , M. Torre, a en outre appelé son pays "à renoncer " au soutien d’un régime qui piétine les droits humains.

"La France est complice du crime de colonisation et de violation du droit international", a-t-il poursuivi, déplorant le silence de Paris, face aux violences à l’égard des sahraouis au niveau des territoires occupés, y compris les prisonniers politiques.

Les Sahraouis sont un peuple pacifique qui respecte le droit international, a-t-il soutenu, appelant son pays à " changer radicalement de politique, afin de rechercher une issue juste, pacifique et respectueuse des droits des peuples".

Concernant le pillage des ressources naturelles sahraouies, le représentant du PCF, a ajouté que la France "a joué un rôle dans l’extension des tarifs douaniers préférentiels aux territoires du Sahara Occidental'.

"Ce véritable coup de force de l’Union Européenne qui contredit les décisions de la cour Européenne de Justice, traduit la volonté d’entériner l’occupation, de piller les ressources naturelles ", a-t-il souligné.

En octobre dernier, le Secrétaire national du PCF et vice-président du Parti de la gauche européenne, Pierre Laurent, qui s’exprimait lors de la manifestation des communautés sahraouies établies en Europe, avait réitéré le soutien ferme de son parti aux revendications du peuple sahraoui, en particulier le droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance.

"Nous ne voulons pas que la France mène la bataille, mais tout ce que nous demandons aujourd'hui, c'est que Paris mette fin à son soutien inconditionnel au Royaume du Maroc et qu'elle soit du côté des revendications du peuple sahraoui au sein des Nations Unies afin de pouvoir exercer son droit à l'autodétermination et à l'indépendance et œuvrer pour la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis dans les prisons de l'occupation marocaine", a-t-il-conclu.(SPS)

020/090/700