Espagne2017 : solidarité accrue et détermination à accompagner le peuple sahraoui jusqu'au recouvrement de ses droits

Madrid, 3 jan 2018 (SPS) Le mouvement espagnol de solidarité avec le peuple sahraoui n’a cessé d'affirmer tout au long de l’année 2017 son engagement et sa détermination à accompagner le peuple sahraoui jusqu’au recouvrement de ses droits et de son indépendance, en organisant divers actions de soutien et de solidarité à travers toute l’Espagne.

Conscient depuis des années de la justesse de la cause sahraouie, ce mouvement constitué d’associations amies, de groupes parlementaires, de partis politiques, d’artistes et autres composantes de la société civile, il s’emploie sans relâche tant sur le plan humanitaire, culturel que politique à soutenir la cause d’un peuple contraint à l’exil depuis plus de 40 ans.

Des campagnes de sensibilisation, des manifestations de protestation, des conférences ainsi que des activités culturelles sont régulièrement organisées à travers le pays par le mouvement espagnol de solidarité et notamment par la coordination espagnole de solidarité avec le Sahara occidental qui constitue le noyau central de ce mouvement.

Une multitude d’actions a été organisée en effet en 2017 parmi lesquelles, l’organisation de la 1ére édition du festival international de cinéma à Madrid (Fisahara ), habituellement organisé dans les camps des réfugiés sahraouis. L’objectif selon sa directrice Maria Carrion est de donner plus de visibilité à la lutte du peuple sahraoui pour son autodétermination.

Plusieurs figures connues du cinéma espagnol et de la politique ont été au rendez-vous telle que l’actrice, Clara Lago et l’eurodéputée Paloma Lopez.

Le procès du groupe des prisonniers politiques sahraouis de Gdeim Izik qui a eu lieu en juillet dernier a été fortement dénoncé par les Espagnols. La Ceas-Sahara avait organisé un grand rassemblement à la place centrale de Madrid (puerta del sol) pour dénoncer ce procès entaché d’irrégularités, alors que des députés de nombreux partis (compromis, Eh Bildu , ERC et de Podemos ) avaient demandé l’annulation de ce procès et la libération de tous les prisonniers politiques sahraouis détenus dans les prisons marocaines.

D’autres organisations telle que la plate-forme de Tenerife de soutien au peuple sahraoui avait souligné que les lourdes peines prononcées à l’encontre de ces militants des droits de l’homme sont une tentative d’intimidation des Sahraouis dans les territoires occupés par le Maroc.

Les lourdes peines infligées aux prisonniers de Gdeim Izik témoignent de la haine que le régime marocain manifeste envers la lutte pacifique des Sahraouis, avait estimé la Ceas-Sahara, réaffirmant que ce procès est politique fondé exclusivement sur des aveux extorqués sous la torture et les mauvais traitements.

De nombreux parlements régionaux espagnols à l’instar des Iles Baléares, de Navarre, de Cantabrie, de Catille y Leon, du pays basque et autres, ont tout au long de l’année 2017 approuvé des déclarations institutionnelles par le biais desquelles ils avaient appelé au respect scrupuleux des droits de l’homme dans les territoires sahraouis occupés, et dénoncé l’exploitation illégale des ressources naturelles sahraouies .

La manifestation du 11 novembre est l’un des plus grands événements de solidarité observé par mouvement espagnol en faveur de la cause sahraouie.

Des milliers de personnes ont manifesté à Madrid pour exiger l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental dans les plus brefs délais. Ce rendez-vous est organisé pour dénoncer les accords tripartites de Madrid du 14 novembre 1975 par le biais desquels l’Espagne a cédé le territoire sahraoui au Maroc et à la Mauritanie.

Cette nouvelle manifestation avait été non seulement un moyen de donner plus de visibilité à la cause sahraouie selon ses promoteurs, mais également une opportunité pour lancer un appel de sensibilisation à l’opinion internationale pour l’alerter sur la situation actuelle de la population sahraouie.

Placée sous le thème (l’ONU doit imposer au Maroc le respect des résolutions internationales, le respect des droits de l’homme et la tenue d’un référendum... maintenant), la manifestation a été sanctionnée par un manifeste dans lequel les manifestants avaient rappelé que depuis plus de 40 ans, le peuple sahraoui maintient une résistance persévérante contre l’occupation illégale de sa terre par le Maroc, soutenu par la France.

"La lutte du peuple sahraoui est basée sur une volonté ferme et déterminée pour le recouvrement de la liberté afin de pouvoir construire un avenir en paix dont les piliers sont la coexistence et la démocratie", avaient-ils affirmé.

Ce mouvement de solidarité s’active sans relâche pour la concrétisation des programmes : Caravane de la paix et Vacances de la paix, qui permettent respectivement d’envoyer des aides alimentaires vers les camps des réfugiés sahraouis et d’accueillir des enfants sahraouis chaque été en Espagne. Ce mouvement affirme à chaque occasion sa détermination à accompagner, jusqu’au bout, le peuple sahraoui. (SPS)

020/090/700