Abidjan s'apprête à accueillir mercredi le 5e sommet UA-UE

Abidjan (Cote d’ivoire), 28 nov 2017 (SPS) La capitale ivoirienne, Abidjan, s’apprête à accueillir, mercredi et jeudi, le 5e sommet Union africaine-Union européenne (UA-UE), avec comme objectif de dynamiser le partenariat entre les deux continents en présence de la République sahraouie (RASD).

Le 5e sommet UA-UA verra la participation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) dont le drapeau flotte, au côté des emblèmes nationaux des pays participants, sur l'avenue Hassan II à Abidjan. "C'est tout un symbole", a commenté un membre de la délégation de la RASD.

En outre, plusieurs délégués de pays africains ont considéré cela comme étant "une "cinglante défaite pour le Maroc qui avait vainement manoeuvré pour exclure de ce sommet la RASD, membre fondateur de l’Union africaine et avec lequel le Maroc a accepté de siéger en adhérant à l’instance panafricaine et en procédant à la ratification de son acte constitutif sans conditions et sans réserve".

La RASD participe à ce sommet après avoir reçu une invitation de la part du Bureau du Président de l'UA à l'instar de tous les pays membres.

La Côte d'Ivoire a invité aussi tous les Etats membres de l'UA, sans exclusion, à participer au sommet et ce, conformément à la décision du Conseil exécutif de l’UA, prise lors de la session extraordinaire en octobre 2017 à Addis-Abeba.

 

La dynamisation de ce partenariat est qualifiée par des experts d’"enjeu important" aussi bien pour l’Afrique que pour l’Europe, dans la mesure où les deux continents sont confrontés à des défis communs.

Il s’agit notamment des défis liés à la paix, à la sécurité, à la migration clandestine et à la mobilité des personnes, au développement durable, à la gouvernance, aux droits de l’homme, aux investissements et au commerce, ainsi qu'au développement des compétences et à la création d’emploi.

Il s’agit aussi d’évaluer ce qui a été réalisé dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action 2014-2017, adopté lors du dernier sommet tenu à Bruxelles, notamment en matière de paix et de sécurité.

Lors du sommet d’Abidjan, les dirigeants africains et européens discuteront aussi de l’avenir des relations UA-UE et se pencheront sur l’investissement dans la jeunesse, le thème principal du sommet étant "Investir dans la jeunesse pour un développement durable".

Ce thème demeure une des priorités pour l’UA en premier lieu, du fait que 60% de la population africaine est jeune et a moins de 25 ans.

Le sommet d’Abidjan qui devrait enregistrer la participation de plus de 5 300 délégués, verra aussi la présence de 83 chefs d’Etat et de gouvernement représentant 55 pays d’Afrique et 28 pays d’Europe, ainsi que des  délégations des pays invités, de la Commission de l’UA, de la Commission de l’UE, des Organisations internationales, régionales et sous-régionales.

Avec l’arrivée des délégations officielles, à partir de mardi, soit à la veille du sommet, les organisateurs risquent d’être dépassés, a-t-on fait observer, regrettant que la Côte d’Ivoire ne se soit pas préparée en conséquence, alors que la décision de domicilier ce sommet à Abidjan a été prise en juin dernier lors du sommet ordinaire de l’UA à Kigali (Rwanda). (SPS)

020/090/700