Le Maroc s'est engagé dans une "aventure périlleuse" (ambassadeur sahraoui)

Alger, 25 fev 2017 (SPS) L'ambassadeur sahraoui à Alger, Bouchraya Hamoudi Bayoune a fustigé samedi le mutisme du Conseil de sécurité onusien face aux violations par l'occupant marocain de la légalité internationale et l'entrave du processus de décolonisation au Sahara Occidental, appelant le Maroc à respecter ses engagements induits par la signature et l'adoption de l'acte constitutif de l'UA. 

L'ambassadeur sahraoui est intervenu, lors d'une conférence animée samedi par le président de l'instance sahraouie du pétrole et des mines, Ghali Zbeir, lors de laquelle il avait révélé, chiffres à l'appui, l'ampleur des richesses sahraouies spoliées par le Maroc.

Le diplomate sahraoui a affirmé, concernant l'adhésion du Maroc à l'UA, que "le Maroc s'est engagé dans une aventure périlleuse".   Apres l'arrêt irrévocable de la Cour de justice européenne (CJUE) qui exclut le territoire du Sahara occidental de l'accord commercial UE-Maroc, le Maroc s'engage dans "l'aventure périlleuse" de son adhésion à l'UA, devenant ainsi l'otage de cette situation, car étant obligé désormais de se conformer aux engagements signés et approuvés dans le cadre de l'UA", a-t-il soutenu.

A l'occasion du prochain sommet de l'UA, "le Maroc sera interrogé par tous les pays membres sur le degré de respect des engagements signés, consacrés dans l'acte constitutif de l'UA", a rappelé M. Bouchraya.

Le diplomate sahraoui a réitéré l'attachement du peuple sahraoui et de sa direction à l'option de la paix, n'écartant pas le recours à d'autres options pour contrecarrer les violations marocaines continues au Sahara Occidental".

Il a évoqué à cet effet la situation dans la région de Guergarate, qui, selon lui, "constitue une véritable menace pour la paix dans la région".

Le Front Polisario, représentant légal et unique du peuple sahraoui, avait adressé récemment par le biais de son représentant à l'ONU, Ahmed Boukhari, un message au Conseil de sécurité sur la situation prévalant dans la zone d’El Guergarate, située à la frontière avec la Mauritanie, dénonçant les violations marocaines dans cette région.

Le secrétaire général de l'Onu avait reçu vendredi Boukhari Ahmed qui lui a fait part de la situation tendue dans cette région qui risquerait de mener, selon lui, à une "confrontation militaire" entre les deux parties au conflit, exhortant, à cet effet, le Conseil de sécurité à mettre un terme aux violations marocaines, a affirmé l'ambassadeur sahraoui.

"Il est clair que la zone d’El Guergarate est le maillon fort de cette bataille et le règlement de la situation prévalant dans cette région est tributaire d'une solution définitive du conflit", a précisé M. Bouchraya.

L'ambassadeur sahraoui a dénoncé le fait que le Maroc continue à utiliser le passage d’El Guergarate qui lui permet de réaliser des bénéfices importants, à travers l'exportation vers les pays africains, et ses efforts visant à le maintenir ouvert.

Revenant aux chiffres, M. Bouchraya a indiqué que plus de 1000 camions transportant 20 tonnes de marchandises se dirigent au quotidien vers les pays de l'Afrique de l'ouest en provenance du Maroc qui génère un gain important, à la faveur du pillage des richesses des territoires sahraouis occupés.

Le Maroc cache derrière sa tentative de construire une route, qui constitue "une autre violation du cessez le feu", son intention d'augmenter le nombre de camions destinés à exporter ses produits vers les autres pays d'Afrique, a indiqué M. Bouchraya, rappelant que l'occupant marocain était le premier bénéficiaire de ce passage, et partant il ne serait pas favorable à la présence d'unités militaires de l'armée de libération sahraouie dans cette zone.(SPS)

020/090/700