Le Polisario prend à témoin le CS contre toute manifestation d’escalade et d’agression devant menacer la sécurité dans la région

Bir Lahlou, 21 mars 2016 (SPS) Le Front Polisario a alerté le Conseil de Sécurité de l’ONU contre toute manifestation probable de l’aventurisme et de l’expansionnisme marocain qui constituerait une nouvelle escalade de l’agression et une menace sérieuse à la sécurité régionale.  

"Le Front Polisario prend à témoin le Conseil de Sécurité de l’ONU contre toute manifestation probable de l’aventurisme et de l’expansionnisme marocain qui constituerait une nouvelle escalade de l’agression et une menace sérieuse à la sécurité régionale", dans une lettre adressée par le président de la République, SG du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz au président du CS, Ismael A. Gaspar Martins.  

"Nous suivons avec une légitime préoccupation les récents et graves développements qui ont eu lieu au Sahara Occidental par lesquels le Royaume du Maroc a mis l’ONU et  son Conseil de sécurité devant une série de faits accomplis qui témoigne d’une volonté délibérée de compromettre tous les efforts que la Communauté internationale déploie depuis plus de 40 ans, en vue de parachever la décolonisation du dernier territoire africain inscrit sur la liste des territoires non-autonomes". 

"Devant ces graves développements, le Front Polisario veut réitérer sa pleine confiance dans les efforts que mène l’Organisation des Nations Unies sous l’autorité du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale en vue de parvenir à une solution pacifique qui garantit le droit inaliénable du Peuple du Sahara Occidental à l’autodétermination,  conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale de l’ONU et aux résolutions de l’Organisation de l’Union Africaine.

Tout en réitérant son ferme attachement au mandat originel de la MINURSO, dans son esprit et sa lettre, tel qu’énoncé dans les résolutions  690 (1991) du 29 avril 1991 et 725 (1991) du 31 décembre 1991, le Front Polisario  "met en garde contre la volonté de la puissance occupante de pervertir ce mandat pour en faire un outil de protection de l’occupation. Le mandat de la MINURSO ne peut être réductible à la surveillance du cessez le feu qui serait arbitrairement dissocié de la cohérence du plan de règlement. En effet, le cessez-le-feu est indissociablement lié à la préparation et à la tenue du référendum d’autodétermination. (SPS)

020/090/100 211749 MARS 016 SPS