Plusieurs Etats d'Amérique latine réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination

New York (Nations unies), 04 oct 2022 (SPS) Le Nicaragua, le Mexique, l'Equateur et le Pérou ont réaffirmé leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, réitérant leur engagement à soutenir les efforts déployés afin de parvenir à une solution juste et durable du conflit au Sahara Occidental, conformément à la légalité internationale.

Dans son allocution devant la Quatrième Commission de l'ONU, chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation à New York, le représentant permanant du Nicaragua à l'ONU, Jaime Hermida Castillo a affirmé que son pays "soutient le droit solennel à l’autodétermination et à la souveraineté nationale du peuple de la République arabe sahraouie démocratique".

M.Castillo a indique que "le Nicaragua qui s'était battu pour la libération, affirme que son peuple ainsi que le gouvernement de Réconciliation et d'Union nationale, demeureront déterminés à défendre les principes fondamentaux du droit international, qui reconnaissent le droit suprême de la République arabe sahraouie démocratique à la liberté, à l'autodétermination et à la souveraineté nationale".

Dans ce contexte, le diplomate a estimé que l'organisation d’un référendum, supervisé par l’ONU est "décisive pour la résolution de cette situation coloniale", affirmant que son pays s'engage à afficher "une solidarité inébranlable avec les peuples des territoires non autonomes, espérant que la Quatrième Commission puisse effectuer une action collective pour défendre le droit de ces peuples à l’autodétermination et à l’indépendance jusqu'à l'éradication définitive du colonialisme, tous types confondus".

La même position est exprimée par le Mexique à travers son représentant auprès de l'ONU, Juan Ramon De La Fuente Ramirez dans une allocution devant la Commission, il a affirmé le soutien de son pays à la résolution du conflit au Sahara Occidental, conformément au droit international, à travers l’organisation d’un référendum sur l'autodétermination comme solution juste respectant la volonté du peuple sahraoui.

Le représentant du Mexique a souligné que son pays "réitère son engagement au soutien des efforts déployés pour parvenir à une solution juste et durable du conflit au Sahara Occidental, conformément aux résolutions pertinentes de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité".

Il a également insisté sur "l’importance d’écouter la volonté du peuple sahraoui et de respecter son droit à l’autodétermination", ajoutant que pour le Mexique "une paix durable doit reposer sur l’organisation d’un référendum avec l’acceptation du résultat par les parties concernées".

Le Mexique a affirmé son soutien aux efforts de l'ONU et à l'Envoyé personnel du Secrétaire général afin de parvenir à mettre un terme aux tensions dans la région et reprendre le processus de négociation entre les deux parties du conflit.

De son côté, le représentant permanent de l'Equateur, Cristian Espinosa a affirmé que son pays "soutient une solution convenue pour la décolonisation du Sahara Occidental, en conformité avec la Charte des Nations unies".

Dans le même sillage, le représentant indique que l'Assemblée générale "réaffirme chaque année que toute forme de colonisation, exploitation économique comprise, va à l'encontre de la Charte de l'ONU, de la Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux et de la Déclaration universelle des droits de l'homme".

A ce propos, le Pérou a affirmé à travers son représentant, Luis Ugarelli Basurto devant la même Commission onusienne, qu'il "adopte l'anticolonialisme comme politique d'Etat, et soutient avec force la décolonisation du Sahara occidental".

Le diplomate a rappelé la récente position de son pays qui a affirmé sa reconnaissance de la République sahraouie, considérant que cette position "participe de la conviction du Pérou quant à l'impératif du règlement du conflit au Sahara occidental conformément aux résolutions pertinentes de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité, notamment la résolution 1514 ayant permis à plusieurs pays de mettre un terme à la présence coloniale dans leurs pays y compris le Pérou".(PS)

020/090/700