La nouvelle guerre de libération requiert les capacités et les compétences des étudiants (Président de la République)

Wilaya de Laayoune (camps des réfugiés sahraouis), 08 aout 2022 (SPS) Le président de la République, Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a affirmé que la nouvelle guerre de libération requiert les capacités et les compétences dont disposent les étudiants, saluant le rôle de la frange estudiantine dans les batailles de libération et de construction.

Le président Ghali qui s'exprimait lors de la clôture des travaux du 4e congrès de l'Union des étudiants sahraouis, a souligné que "la nouvelle guerre de libération nationale avec ses développements et ses larges fronts, requiert les capacités et les compétences dont disposent les étudiants sahraouis afin de contribuer, non seulement à l'affrontement direct sur le terrain, mais aussi à contrer les politiques, les conspirations et les guerres psychologiques de l'ennemi".

Pour lui, l'organisation estudiantine sahraouie, un des piliers du Front Polisario "inaugure aujourd'hui une nouvelle phase prometteuse de combat, de lutte. Il s'agit là d'une affirmation de la participation et du rôle axial des étudiants sahraouis dans la bataille de la libération nationale".

Le président Ghali a salué les efforts et les réalisations durant le précédent mandat, tant au niveau du front interne et de l'adhésion de l'organisation dans les programmes et les différentes échéances nationales, notamment le soutien matériel et humain à l'Armée sahraouie, qu'en ce qui concerne les programmes d'été et la présence extérieure de la cause nationale, au double plan diplomatique et médiatique.

La présence des étudiants sahraouis à l'avant-garde de la lutte de libération nationale sous la direction du front Polisario "est une réalité historique et une source de fierté et de prestige ayant marqué la révolution sahraouie", a-t-il dit. 

A l'instar de toutes les catégories et composantes de la société, a souligné M. Ghali, les étudiants se sont déployés, depuis le début de la guerre de libération, sur les différents fronts, en tête desquels l'armée de libération sahraouie.

le processus de règlement pacifique du conflit gravement dévié de sa voie

 M. Ghali a affirmé que les dernières années avaient été marquées par une grave déviation du processus de règlement pacifique du conflit sahraoui entre le Maroc et le Sahara occidental, indiquant que le retour au combat armé "a été une réaction légitime face à plusieurs évolutions, pour ne citer que l'entêtement du Maroc qui a fait fi de la légalité internationale".

Le président de la République a expliqué, dans son allocution, que la reprise de la lutte armée (...) "s'est traduite par un important élan populaire, auquel ont pris part les différentes catégories et franges sociales, notamment les jeunes et les étudiants ...".

"Nous avons connu, ces dernières années, une déviation grave du processus de règlement pacifique du conflit maroco-sahraoui, auquel ont contribué des parties connues au niveau du Conseil de sécurité, lesquelles parties continuent à encourager la politique d'obstruction systématique adoptée par l'Etat d'occupation marocain", a précisé le chef de l’Etat.

Le degré d'entêtement du Maroc, encouragé par un silence assourdissant au niveau des Nations Unies, a causé "le torpillage de l'accord de cessez-le-feu le 13 novembre 2020, et favorisé une escalade de la politique expansionniste hostile coloniale, traduite par l'oppression, l'état de siège, le pillage des richesses naturelles et l'organisation illégale de plusieurs activités sur les territoires sahraouis".(SPS)

020/090/700