La défense du Président Ghali exige des rapports des renseignements espagnols impliquant le Maroc

Madrid, 12 juin 2022 (SPS) Le collectif de défense du président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a demandé à un tribunal espagnol de se référer à deux rapports élaborés par les renseignements espagnols qui établissent l'implication des renseignements marocains dans la mise en mouvement d'une action judiciaire à l'encontre du président sahraoui "pour détention et torture".

Le quotidien espagnol "Publico" qui a dit avoir consulté les deux rapports, datés en mai et juin, a précisé que l'enquête est en cours avec le SG du Front Polisario au niveau de la Cour suprême espagnole concernant de prétendus crimes liés à la détention illégale et à la torture.

"Les renseignements marocains sont derrière la plainte déposée par Fadel Breika qui prétend avoir subi des tortures par le Front Polisario", précise le quotidien espagnol.

Fadel Breika "s'est rendu dans les camps des réfugiés sahraouis pour provoquer le commandement du Polisario et le pousser, ainsi, à le détenir", selon des sources médiatiques espagnoles qui affirment que les revenus de cet individu proviennent exclusivement des services marocains.

Selon "Publico", les deux rapports élaborés par les services de renseignements espagnols mettent en évidence la relation directe entre Breika et la Direction générale des études et de la documentation (DGED), relevant des services de renseignements marocains.

D'après la lettre de l'avocat du SG du Polisario, M. Manuel Ollé, "ces rapports classifiés" prouvent que les "services de renseignements marocains ont recouru à une double stratégie (judiciaire et médiatique) pour harceler Ghali, limiter ses déplacements et obtenir le soutien de l'opinion publique espagnole vis-à-vis des affaires intentées à son encontre".

Les deux rapports ont été établis en pleine crise déclenchée entre le Maroc et l'Espagne en mai 2021.

Un rapport daté du 24 juin 2021 avait accusé Breika d'être membre de l'Initiative sahraouie pour le changement, avant de rallier le  "Mouvement sahraoui pour la paix", "deux organisations vitrines pour les renseignements marocains", précise "Publico".

 ===Le Maroc continue d'acheter les consciences pour faire la promotion de sa thèse coloniale===

Il ne s'agit pas de l'unique scandale dévoilé par les médias espagnols, le quotidien El Pais ayant cité récemment dans son rapport des tentatives marocaines d'acheter les consciences pour faire la promotion de sa thèse coloniale au Sahara occidental.

Le quotidien a affirmé, dans ce sens, que "le mouvement sahraoui pour la paix" avait reçu, à l'instar de personnalités et d'autres organisations, des fonds colossaux des services de renseignements marocains pour faire la promotion des thèses coloniales (Maroc) au Sahara occidental.

Selon le quotidien espagnol, ledit mouvement fondé par l'ancien diplomate Hadj Ahmed est une simple couverture des activités des services de renseignements marocains.

Parmi les actions menées par le mouvement en question en faveur du régime marocain, ses actions juridiques et médiatiques pendant le séjour du président sahraoui en Espagne dans le cadre des soins médicaux.

Les services de renseignements espagnols ont rappelé dans leur rapport que les services de renseignements marocains ont lancé une stratégie juridique et médiatique pendant le séjour de Ghali en Espagne, note le journal, précisant que l'objectif était de "déranger", voire "d'immobiliser" Ghali et de "créer une certaine opinion chez la presse espagnole à son égard".

Le document établi en juin dernier, montre que Rabat a utilisé "plusieurs ressources, y compris économiques pour relancer toutes les plaintes et actions intentées contre le Front Polisario et son dirigeant devant la justice espagnole".(SPS)

020/090/700