Les dépassements du Maroc au Sahara occidental relèvent de crimes contre l'humanité

Chahid El-Hafedh, 14 avr 2022 (SPS) Le président de la Commission nationale sahraouie des droits de l'Homme, Aba Salek Al-Hayssen, a qualifié, jeudi, la situation des Sahraouis dans les territoires occupés d'"inquiétante" et de "déplorable", faisant observer que "les dépassements et les pratiques répressives de l'occupant marocain relèvent de crimes contre l'humanité".

"La situation des Sahraouis dans les territoires occupés est inquiétante et déplorable. L'entêtement de l'occupant marocain à aller de l'avant dans sa politique répressive, en violation des droits de l'Homme, mentionnés dans les différentes conventions internationales en la matière, ne fait qu'empirer le quotidien des Sahraouis", a indiqué Aba Salek Al-Hayssen, dans une déclaration à l'APS.

"Toutes les organisations internationales de défense des droits de l'Homme, voire des rapporteurs spéciaux du Conseil des droits de l'Homme à Genève ont affirmé que la politique répressive du Maroc contre les Sahraouis constitue des crimes contre l'humanité, un génocide et des crimes de guerre", a-t-il ajouté.

Evoquant, la situation des détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines, Aba Al-Hayssen a indiqué qu'elle était "inquiétante" et allait "en empirant".

"Le recours des détenus sahraouis à la grève de la faim illimitée pour dénoncer les pratiques discriminatoires et répressives de l'administration pénitentiaire de l'occupant marocain, en est la parfaite preuve", a expliqué le président de la CONASADH.

Aba Al-Hayssen a cité, entres autres pratiques répressives et inhumaines du Makhzen, "l'interdiction de visite aux observateurs et militants internationaux des droits de l'Homme dans les villes sahraouies occupées, l'agression continue de civils non-armés, la répression des manifestations pacifiques, l'agression des femmes dans les rues, la destruction de maisons des civils et l'octroi de terres des Sahraouis aux Sionistes", faisant remarquer que "l'objectif de cette politique est d'effacer l'identité nationale sahraouie".

Poursuivant, dans le même sillage, le président de la CONASADH a condamné les assassinats commis par les appareils répressifs et les services de renseignements du Makhzen contre de nombreux militants sahraouis, dont le dernier en date est Lahbib Aghrishi, dans la ville occupée de Dakhla.

Abordant, dans le même contexte, le cas de la militante et icône de la cause sahraouie, Sultana Sid Ibrahim Khaya, assignée, elle et sa famille, à résidence depuis plus d'un an, Aba Al-Hayssen a salué "la bravoure et la détermination de cette femme qui incarne désormais l'endurance de la femme sahraouie et son courage, malgré le traitement inhumain et l'injustice que lui inflige l'occupant", s'interrogeant toutefois sur "l'absence et le silence des instances internationales des droits de l'Homme face au drame et à la souffrance de la femme sahraouie".

Il est à rappeler qu'Amnesty International a récemment annoncé le lancement d'une campagne de collecte de signatures, afin d'exercer une pression sur les autorités d'occupation marocaines et les amener à mettre un terme à l'assignation à résidence de la militante Sultana Khaya et sa famille. L'ONG vise à recueillir 10.000 signatures via son site internet. (SPS)

020/090/700