Condamnation depuis le Chili et l’Amérique Latine de la trahison du gouvernement espagnol

Chahid El Hafedh, 21 mars 2022 (SPS) L’Association chilienne d’amitié avec la RASD a exprimé sa solidarité avec le Front Polisario et de la RASD face à la honteuse trahison du gouvernement espagnol contre la cause légitime de l’autodétermination du peuple sahraoui.

"Depuis le Chili et l’Amérique latine, nous sommes solidaires du Front Polisario et de la RASD face à la honteuse trahison du gouvernement espagnol contre la cause légitime de l’autodétermination du peuple sahraoui", a écrit le président de l’Association chilienne d’amitié avec la RASD, Esteban Silva dans un message cité par le site électronique de lapatrienews.dz.

Le gouvernement de Pedro Sánchez, en soutenant la position marocaine " d’autonomie" au Sahara Occidental, soutient le Maroc dans son annexion colonialiste et illégale du territoire sahraoui et valide ainsi son occupation militaire actuelle par la force.

Par conséquent, les violations systématiques des droits de l’homme subies par le peuple sahraoui dans les territoires occupés perpétrées par les forces militaires et les agents de l’État marocain sont également valables et prennent parti pour le Maroc dans la guerre actuelle qui se déchaîne depuis novembre 2020 entre la monarchie marocaine et le peuple sahraoui dirigé par le Front Polisario.

Avec sa position répréhensible, il (le gouvernement espagnol) ignore et piétine la légalité internationale, renonçant explicitement à sa responsabilité en tant qu’ancienne puissance colonialiste dans le processus de décolonisation en cours du Sahara occidental établi par les Nations Unies".

La lettre de Sánchez adressée au monarque marocain est l’équivalent de la position rejetée assumée par l’ancien président Donald Trump sur Twitter le 10 décembre 2020, dans laquelle il reconnaissait unilatéralement et arbitrairement la souveraineté marocaine sur le territoire du Sahara occidental qui appartient au peuple sahraoui. (En s’alignant sur la position marocaine, le président du gouvernement espagnol ne reconnait pas totalement la marocanité du Sahara Occidental, mais se contente juste de défendre le plan de large autonomie avancé par Rabat, et fermement rejeté par le front Polisario.

En se soumettant au chantage du Maroc, le gouvernement espagnol n’est non seulement pas un interlocuteur fiable pour le peuple sahraoui dans le processus de décolonisation du Sahara en cours, mais il démontre également qu’il n’est pas un partenaire fiable ou crédible pour l’Algérie, un pays avec qui jusqu’à présent récemment avait souligné qu’il cherchait à construire ensemble une relation fiable et de future et coopération énergétique. (SPS)

020/090/700