La nécessité d'appliquer le droit international pour l’autodétermination du peuple sahraoui relevée

Paris, 19 fev 2022 (SPS) L'Association française des Amis de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) a indiqué que le sommet de coopération Union européenne (UE)/Union africaine (UA) devait être impliqué dans l’application du droit international en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui.

A cette occasion, l’association des Amis de la RASD s’est adressée au Président français, Emmanuel Macron, qui a coprésidé jeudi et vendredi ce sommet à Bruxelles pour lui rappeler combien l'UE et l'UA "sont impliquées dans l’application du droit international en faveur de l’autodétermination du peuple sahraoui".

"Lui rappeler aussi qu’un tel sommet devrait permettre d’engager un processus d’application réelle du plan de règlement de 1991 en s’appuyant sur les dispositions de l’Acte constitutif de l’UA relatif à l’intangibilité des frontières coloniales et sur les récents arrêts de la Cour de justice européenne, qui rappellent que le Maroc n’est pas souverain au Sahara occidental et que ce territoire est séparé et distinct du Maroc", selon la lettre de l'association.

Et d'ajouter que la participation du Président sahraoui Brahim Ghali et de toute la délégation de la RASD à Bruxelles, à l’occasion du sommet Union européenne/Union africaine, "nous honore, comme nous honore l’existence d'un Etat sahraoui (...) qui, depuis 46 ans, construit pas à pas ses institutions au service du peuple sahraoui et de sa lutte pour l’indépendance".

Le Président sahraoui a conduit une importante délégation aux travaux du 6e sommet des chefs d'Etat et de Gouvernement de l'UA et de l'UE à Bruxelles, représentant la RASD, pays membre fondateur de l'UA. (SPS)

020/090/700