45e Conférence de l’Eucoco : un moment fort dans un contexte particulier

Las Palmas (Espagne), 12 déc 2021 (SPS) La 45e édition de la Conférence de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco) a été organisée dans un contexte particulier marqué par la reprise du conflit armé entre le Front Polisario et le Maroc depuis novembre 2020, et la menace pesante du Covid-19.

Ces deux éléments ont été pris en compte par les intervenants à la conférence tenue vendredi et samedi à Las Palmas (Grande Canarie, Espagne), qui devaient adopter un plan d’action s’étalant sur une année.

Lors de la conférence, quatre grandes thématiques ont été débattues dans le cadre d’ateliers spécialisés. Il s’agit de la question des droits humains, du pillage des richesses naturelles du Sahara occidental, du black-out médiatique imposé par l’occupant marocain et ses alliés concernant la situation au Sahara occidental et, enfin, des moyens à même de consolider l’Etat sahraoui.

Des intervenants venants d’Europe, d’Afrique et d’Amérique latine ont animé, deux jours durant, la conférence de l’Eucoco qui a également vu la participation d’une délégation parlementaire algérienne formée de douze députés et sénateurs.

Au premier jour de la rencontre, les parlementaires algériens ont tenu une réunion avec leurs homologues des autres pays afin de dégager un plan d’action en vue de défendre la cause sahraouie à l'échelle internationale. Il a été décidé, entre autres, de tenir une rencontre parlementaire similaire en Algérie dans un futur proche.

Par ailleurs, les participants ont saisi l’opportunité de cette conférence pour lancer un appel officiel à l’ONU et les puissances alliées du Maroc pour agir afin de mettre fin à la guerre coloniale imposée par le régime marocain au peuple sahraoui.

Ils ont également condamné la rupture, en 2020 par le Maroc, du cessez-le-feu en vigueur depuis 1991 dans les territoires sahraouis et salué le verdict prononcé le 29 septembre dernier par le Tribunal de l’Union européenne qui a annulé les accords agricole et de pêche conclus entre l’Union européenne et le Maroc et étendus aux territoires sahraouis.

Ils ont, en outre, critiqué l’attitude du Conseil de sécurité de l’ONU qui a laissé le Maroc violer les droits de l’Homme en toute impunité dans les territoires sahraouis occupés.(SPS)

020/090/700