L’Algérie plaide en faveur des causes justes et de la stabilité en Afrique

New York (Nations unies), 28 sept 2021 (SPS) Le ministre algérien des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, Ramtane Lamamra a fait part, lundi, de la volonté de l'Algérie de poursuivre ses efforts en faveur de la paix et de la stabilité en Afrique, tout en réaffirmant son soutien à la lutte des peuples palestinien et sahraoui pour la liberté.

"L'Algérie est prête à poursuivre ses efforts et son soutien aux frères Libyens et à partager avec eux son expérience en matière de réconciliation nationale, conformément à l'engagement exprimé par M. le président de la République Abdelmadjid Tebboune", a déclaré M. Lamamra lors de son allocution à l'occasion de la 76e session de l'Assemblée générale de l'ONU.

"L'approche algérienne de règlement des différends et des conflits s'est matérialisée en Libye, en apportant son soutien au processus de dialogue national entre les frères libyens, sous les auspices de l’ONU, en redynamisant le mécanisme des pays voisins de la Libye, dont la dernière réunion ministérielle s'est tenue à Alger avec pour objectif de contribuer à la stabilité souhaitée dans ce pays, à travers le processus de paix et la tenue des élections générales, conformément à la feuille de route émanant du processus de dialogue politique libyen", a-t-il ajouté.

Concernant le Mali, Ramtane Lamamra a exprimé la détermination de l'Algérie à poursuivre son rôle à la tête du Comité de l'accord de paix et de réconciliation issu du processus d'Alger, tout en se félicitant des progrès enregistrés dans ce cadre.

Il a renouvelé l'attachement de l'Algérie à "travailler de concert avec les frères Maliens pour concrétiser les objectifs et principes de l'accord d'Alger et attend avec intérêt la tenue des élections présidentielles et la réalisation des objectifs de la période de transition".

Il a attiré l'attention sur le fait que "la situation dans ces deux pays (Libye et Mali) affecte directement la situation d'instabilité que connait la région Sahélo-Saharienne en raison de l’aggravation de la menace terroriste et des autres menaces connexes".

"Face à cette situation, le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, en sa qualité de coordonnateur de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent en Afrique, a présenté des propositions pratiques à la Présidence de l’Union africaine visant à redynamiser les institutions et renforcer les mécanismes de l’Union africaine de lutte contre ce phénomène transfrontalier et dangereux", a-t-il poursuivi.

Soutien au droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination

Par ailleurs, le ministre a réaffirmé le soutien de l'Algérie au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.

"Avec la même détermination, l’Algérie réaffirme son soutien au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et appelle l’ONU à assumer ses responsabilités juridiques envers le peuple sahraoui et à garantir ses droits inaliénables", a-t-il affirmé.

"L’organisation d’un référendum libre et équitable pour permettre à ce vaillant peuple de déterminer son destin et décider son avenir politique, ne peut demeurer à jamais l'otage de l’intransigeance d’un Etat occupant qui a failli à plusieurs reprises à ses obligations internationales, en particulier celles découlant du Plan de règlement élaboré par l’Organisation des Nations Unies en partenariat avec l’Organisation de l’unité africaine de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale", a-t-il rappelé. (SPS)

020/090/700