Le Conseil mondial de la paix appelle l'ONU à "protéger" les droits humains des Sahraouis

Athènes, 25 avr 2021 (SPS) Le Secrétariat du Conseil mondial de la paix (CMP) a appelé les Nations unies à "protéger" les droits humains du peuple sahraoui, dans une note de soutien à la militante sahraouie Sultana Khaya, victime de harcèlement incessant de la part des forces d'occupation marocaines au Sahara occidental.

"Le territoire sahraoui est occupé par le Maroc depuis 1975 et ceux qui sont engagés dans la lutte pour la libération nationale, comme Sultana Khaya, sont constamment persécutés et attaqués par les forces marocaines", dénonce le CMP dans sa note publiée jeudi.

"Pour cette raison, le CMP appelle l'ONU à mettre en œuvre le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance et à protéger ses droits humains tant que l'occupation marocaine persiste", souligne le Conseil.

Par ailleurs, le Conseil Mondial de la Paix "exprime sa solidarité sans réserve avec Sultana Khaya et sa famille, assignée à résidence depuis plus de 140 jours et victimes de harcèlement incessant de la part des autorités du Royaume du Maroc".

Sultana Khaya, comme d'autres défenseurs des droits humains sahraouis dans le territoire occupé par le Maroc, fait l'objet d'intimidations depuis son retour d'Espagne le 18 novembre 2020, cinq jours après que le Maroc a lancé une agression contre les Sahraouis à El-Guerguerat et violé le cessez-le-feu en vigueur, rappelle le CMP.

Les exactions contre Sultana sont constantes et diverses, s'étendant à sa mère et sa sœur, qui ont été brutalement battues par des éléments de la police marocaine et qui se sont vu refuser une assistance médicale, déplore le Conseil.

 "Le cas très grave de Sultana rejoint celui de plusieurs autres militants sahraouis, y compris des défenseurs des droits humains, des journalistes, des militants écologistes, des prisonniers politiques et bien d'autres, dont les rapports ne manquent pas sur la gravité des violations systématiques dont ils sont victimes", ajoute la même source.

C'est ainsi que le CMP s'associe aux voix de la paix à travers le monde pour "exiger l'inclusion immédiate de la protection des droits de l'Homme des Sahraouis dans le mandat de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental (Minurso)".

De plus, le CMP appelle l'ONU à "assurer le respect de la résolution 690 de1991 du Conseil de sécurité, qui a créé la Minurso pour organiser le référendum pour l'autodétermination du peuple sahraoui, dont le souhait a toujours été, comme l'ONU elle-même l'a reconnu depuis les années 1960, pour la décolonisation du territoire et l'indépendance".

Depuis novembre 2020, plusieurs unités de la police marocaine ont imposé un siège autour de la maison de Sultana Khaya, à Boujdour, au Sahara occidental occupé, la soumettant ainsi que toute sa famille à des abus physiques et psychologiques afin qu'elles cessent les revendications pacifiques en faveur de l'autodétermination et de l'indépendance du Sahara occidental. (SPS)

020/090/700