El-Guerguerat: le MJCF condamne l'agression marocaine menée "avec l'aval de la France"

Paris, 22 nov 2020 (SPS) Le Mouvement des jeunes communistes de France (MJCF) a condamné l'agression militaire marocaine contre des civils sahraouis à El-Guerguerat, soulignant que "cet acte illégal" mené "avec l'aval de la France", viole les résolutions de l'ONU et la loi internationale.

Lors d'une réunion de son Conseil National, tenue samedi, le MJCF a apporté son "soutien inconditionnel" à l'Union de la jeunesse sahraouie (UJSARIO) et du Front Polisario dans "leur lutte pour, la liberté, le respect de leurs droits et la revendication légitime de l’organisation du référendum pour l’autodétermination du Sahara Occidental".

Le Conseil du MJCF a également affirmé, dans son communiqué, qu’"une lettre ouverte au gouvernement sera envoyée afin d’appeler la France à stopper immédiatement l’offensive du Maroc en territoire occupé", affirmant qu'"il est temps aujourd’hui d’agir pour faire vivre cette solidarité et soutenir la lutte du peuple sahraoui en interpellant notre gouvernement".

Il a rappelé, dans son texte, que le "vendredi 13 novembre 2020, le régime marocain a lancé une nouvelle offensive à El-Guerguerat, avec l’aval de la France", indiquant que "cette opération militaire mobilise, pour l’instant, des centaines de forces de sécurité et gendarmes marocains, dans l’optique d’évacuer des civils sahraouis manifestant pacifiquement depuis quelques semaines pour l’organisation du référendum d’auto détermination".

El-Guerguerat est un territoire en zone occupée, frontalier du "mur de la honte" dressé en 1980 par le Maroc, a-t-il rappelé, soutenant que "cette zone tampon est aujourd'hui sous contrôle des Nations Unies, et la présence dans cette zone de forces armées est en violation totale des accords entre l’ONU, le Maroc et le Front Polisario".

Le Mouvement a condamné cet "acte illégal" qui a eu pour effet de "briser le cessez-le-feu avec le Front Polisario, les poussant à reprendre les armes, après des années de tentative de lutte pacifique", déplorant que le cessez-le-feu signé en septembre 1991 sous l'égide de l'ONU et qui  prévoyait un référendum d'autodétermination dans les six mois, est "sans cesse repoussé par le régime Marocain".          

Lors du Forum international en Solidarité avec les Jeunes du Sahara Occidental de mars dernier, rappelle le MJCF, l’UJSARIO et le Front Polisario avaient déjà averti du danger du statu quo, permettant la continuité de l’occupation et l’exploitation toujours plus grande des ressources naturelles du Sahara Occidental. Ils avaient à nouveau lancé une dernière alerte en direction de la communauté internationale pour pousser à l’application des résolutions de l’ONU".

"Notre présence lors de ce Forum a également été l’occasion de réaffirmer notre solidarité avec la lutte des Sahraouis pour le respect de leur droits humain et pour la mise en place d’un référendum sur leur autodétermination, décidé en 1991", a soutenu le Mouvement des jeunes communistes de France. (SPS)

020/090/700