La ministre de la Coopération dénonce les visées expansionnistes du Maroc

Las Palmas (Iles Canaries), 28 fév 2020 (SPS) La ministre de la Coopération, Fatima El Mehdi, a dénoncé les visées expansionnistes du Maroc et ses violations systématiques des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental.

Dans une déclaration à des médias espagnols lors d'une visite de travail aux Iles Canaries, Mme El Mehdi a dénoncé "les visées expansionnistes du Maroc, ses violations systématiques des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental et son acharnement dans le pillage de ses ressources naturelles".

Lors de sa visite aux Iles Canaries, la ministre sahraouie a informé les responsables locaux des derniers développements de la question du Sahara occidental et évoqué avec eux les projets d'aide humanitaire en direction des camps de réfugiés sahraouis.

Par ailleurs, une source judiciaire à El-Ayoune occupée avait récemment mis en garde contre l'intensification par les forces d'occupation marocaines du déploiement de leurs troupes dans les villes occupées, en particulier dans les rues et quartiers abritant une majorité de Sahraouis afin de les dissuader d'organiser des évènements ou manifestations pour marquer la célébration du 44e anniversaire de la proclamation de la RASD.

Le Sahara occidental figure sur la liste des 17 territoires relevant de la Quatrième Commission de l'ONU en charge des politiques spéciales et de la décolonisation. Son peuple attend toujours la concrétisation des promesses onusiennes concernant l'organisation d'un référendum d'autodétermination libre et régulier, conformément à l'accord de cessez-le-feu signé en 1991 entre le Front Polisario et le Maroc.

Pour rappel, la pose du jalon constitutif de l'Etat sahraoui remonte au 27 février 1976, date de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique à Bir Lahlou (territoires libérés), au lendemain du départ du dernier soldat espagnol du territoire sahraoui. La nouvelle lutte de libération qui s'en est ensuivie contre l'occupant marocain s'est soldée par la signature, en 1991, d'un accord de cessez-le-feu sur la base d'un plan de règlement pacifique onusien.

Pourtant, plus de deux décennies après, la question sahraouie demeure sans règlement et les Sahraouis continuent de réclamer leur droit à l'autodétermination.(SPS)

020/090/700