Autodétermination des Sahraouis: l'Afrique du Sud appelle à la mise en oeuvre des résolutions onusiennes

Pretoria, 26 mars 2019 (SPS) Le président sud africain, Cyril Ramaphosa, a appelé mardi l’Onu à mettre en œuvre "sans délais" les résolutions adoptées dans le cadre du règlement du conflit du Sahara occidental, dont celles portant sur le droit inaliénable à l’autodétermination du peuple sahraoui, réaffirmant son soutien aux efforts de médiation menés actuellement, par l'Envoyé personnel du SG des Nations unies, Horst Kohler, entre les deux parties en conflit, le Maroc et le Front Polisario.

Dans un discours prononcé lors de la deuxième journée de la conférence de solidarité avec le peuple sahraoui initiée par la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), à Pretoria, le chef d’Etat sud-africain a réaffirmé l'aide et le soutien de son pays aux Sahraouis auprès de l’ONU pour "la mise en œuvre sans délais des résolutions portant sur le règlement du conflit du Sahara occidental y compris celle prévoyant le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui".

Appelant les deux parties en conflit, le Maroc et le Front Polisario, à des "négociations sans conditions préalables pour trouver une solution durable dans l’esprit du multilatéralisme et de la Charte des Nations unies", M. Ramaphosa a assuré que l'Afrique du Sud est disponible à faciliter le dialogue et à ramener les deux pays autour de la table des négociations, en vue de faire de l’Afrique "un continent où règneront la stabilité et la paix, dans la perspective de la concrétisation des objectifs de l’Agenda 2063 de l'UA".

Réitérant le plein soutien de son pays à la cause sahraouie, le président Ramaphosa a affirmé, dans ce contexte, que "l’Afrique du Sud n’oubliera jamais le peuple sahraoui et sera toujours à ses côtés".

Dans cet esprit, il a cité l’engagement du militant de la cause anti-apartheid et président du Congrès National Africain (ANC), Oliver Reginald Tambo (1917 - 1993), qui avait combattu pour l’indépendance de son pays, et dont le siège du ministère des Affaires étrangères porte son nom aujourd'hui.

M. Ramaphosa a rappelé que Olivier Reginald avait toujours reconnu que c’était grâce à la solidarité internationale que l’Afrique du sud avait pu se libérer du système d’apartheid et mettre fin à la domination de l'occupation.

Faisant le constat en ce qui concerne la situation du peuple sahraoui, le chef d’Etat de l’Afrique du Sud a dénoncé "une crise humanitaire, notamment celle des populations sahraouies vivant dans les camps de réfugiés, en la considérant comme +la plus longue crise dans l’histoire de l’humanité+".

"La situation des Sahraouis est un fléau dans la conscience humaine. Malgré l’adoption de la résolution 621 par le Conseil de sécurité prévoyant le droit à l’autodétermination des Sahraouis, à travers un référendum, cette étape n’a pas été encore réalisée", a souligné l’intervenant appelant l’Onu et l’UA à agir pour mettre fin aux souffrances du peuple sahraoui, qui a été privé, a-t-il mentionné, de son droit à la liberté". (SPS)

020/090/700