Règlement du conflit au Sahara Occidental: optimistes quant au processus de paix

Alger, 04 fev 2019 (SPS) L'ambassadeur de la République Arabe Sahraouie démocratique (RASD) à Alger, Abdelkader Talab Omar, a affirmé dimanche que la partie sahraouie était "très optimiste quant au climat positif" marquant le processus de paix menée par les Nations Unies (ONU) pour le règlement du conflit au Sahara Occidental.

Dans une déclaration à l'APS au siège de l'ambassade sahraouie, M. Talab Omar a indiqué que la plus grande épreuve à laquelle fait face, aujourd'hui, le Conseil de sécurité consistait à "parvenir à des négociations traitant le fond de ce conflit et assurant au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination".

"Toutes les parties concernées attestent de l'existence d'un climat positif au regard des efforts consentis par l'émissaire onusien, Horst Kohler, qui a salué lors de son dernier briefing devant le Conseil de sécurité les démarches entreprises jusqu'à présent concernant le règlement du conflit au Sahara Occidental", lesquelles, a-t-il dit, "ont impulsé une nouvelle dynamique tout en ouvrant de prometteuses perspectives en faveur du règlement".

Selon,  le diplomate sahraoui, toutes les parties ont convenu d'organiser un nouveau round de négociations dont les préparatifs auront lieu en février. Il est, également, attendu que M. Kohler établisse des contacts bilatéraux avec les deux parties du conflit, le Front Polisario et le Maroc, en plus des pays voisins en attendant la tenue, en mars, d'une autre séance de négociations.

Par ailleurs, l'ambassadeur sahraoui a exprimé son souhait de voir cet optimisme se poursuivre afin de le transformer en des actions palpables devant faire pression sur le Maroc pour qu'il mette fin à ses positions entravant les efforts internationaux".

Ainsi, "la plus grande épreuve pour le Conseil de sécurité est de parvenir à des négociations traitant le fond et permettant de prendre des décisions palpables contraignant l'occupant marocain à respecter la loi dans le but de parvenir à un règlement pour la cause sahraouie qui est une question de décolonisation et ce, à travers un référendum d'autodétermination", a-t-il souligné.

Par ailleurs l'ambassadeur sahraoui a mis en garde contre "la dangerosité" des positions de certains pays qui couvrent l'occupant marocain, appelant ces pays à profiter d'une dynamique et d'une nouvelle opportunité pour parvenir à la résolution du conflit qui a duré trop longtemps et qui a entravé le développement dans la région.

M. Taleb Omar a affirmé que la partie sahraouie est déterminée à aller de l'avant et à aider l'Envoyé personnel du Secrétaire général des Nations unis afin de réaliser de meilleurs résultats, ajoutant que "la Direction sahraouie ne demande que l'application de la légalité internationale", et pour cela elle demande à tous, notamment au Maroc à "consentir des efforts à même de contribuer à la création d'un climat adéquat à l'entame des négociations".

En ce qui concerne la position de l'Arabie Saoudite du conflit au Sahara Occidental, M. Taleb Omar a exprimé son souhait de voire le Royaume prendre une position officielle qui soit "juste" envers la question sahraouie.

Concernant la position américaine, M. Taleb Omar a reconnu que "le geste effectué dernièrement par Washington a beaucoup contribué au développement enregistré aujourd'hui au processus politique de la question sahraouie", appelant la partie américaine à poursuivre les efforts afin de mettre fin à ce gel et trouver une solution garantissant au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination".

Ainsi la position des Etats unis est claire concernant la résolution de la question sahraouie, au même titre que celle d'autres pays à l'instar de la Russie, de la Grande Bretagne, de la Chine, de l'Afrique du sud et de la Bolivie, ainsi que les pays membres qui œuvraient à la résolution du conflit à travers l'application des résolutions onusiennes et des lois internationales". (SPS)

020/090/700