Le président de la République appelle l’ONU à intervenir pour la protection des civils sahraouis contre la répression marocaine

Bir Lahlu (territoires sahraouis libérés), 25 sept 2017 (SPS) Le président de la République, SG du Front Polisario, Brahim Ghali a appelé l’organisation des Nations unies à intervenir pour la protection des civils sahraouis après la répression marocaine contre les manifestants sahraouis à El Aaiun et Boujdour occupées qui réclamaient pacifiquement l’autodétermination du peuple sahraoui et la libération immédiate des prisonniers politiques dont le groupe de Gdeim Izk.

Dans une lettre adressée au SG de l’ONU, Antonio Guterres, le président de la République a  indiqué que ces violations marocaines répétées, ne reflètent pas la bonne intention des autorités marocaines dans la recherche d’une soultion juste et durable au confil, surtout à la veille de la visite de l'Envoyé personnel du SG de l’ONU au Sahara occidental, M. Horst Köhler, qui vient de prendre de ses fonctions.

Dans ce contexte, le président de la République a demandé de l'Organisation des Nations Unies à assumer ses responsabilités et à agir en "urgence" pour la mise en place d’un mécanisme au sein de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO), ayant  pour mission de protéger les citoyens sahraouis sans défense de la répression marocaine, ainsi que les ressources naturelles du peuple sahraoui contre le pillage de l'Etat d'occupation marocain.

Ces  douloureuses et graves violations des droits de l'homme se tiennent au u et au vu des Nations Unies, à travers la MINURSO qui est présente sur le terrain, contre des manifestants dont leur seul délit est d’avoir appelé à la mise en œuvre des exigences de légalité internationale, a souligné le président de la République.

"Toutes ces atrocités et la barbarie menées par une occupation marocaine militaire et  illégale dans un territoire ne relevant pas de sa souveraineté et se trouvant sous la responsabilité de l’ONU en attendant de sa décolonisation par le biais d’un référendum devant permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination, afin de mettre fin au dernier cas de  décolonisation en Afrique, le Sahara occidental", a estimé le président Brahim Ghali.

Plus de 70 personnes ont été grièvement blessées lors des manifestations des villes occupées d’El Aaiun et Boujdour, en majorité des femmes, des personnes âgées et des handicapes qui ont été sauvagement torturé et harcelées par les forces marocaines. (SPS)

020/090/TRD