Le Conseil de sécurité s’apprête à proroger le mandat de la Minurso après moult tractations

New York (Nations unies), 27 avr 2017 (SPS) Le Conseil de sécurité de l'ONU adoptera jeudi le projet de résolution prorogeant le mandat de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination au Sahara occidental (Minurso) d’une année après d’intenses négociations sur ce texte présenté par la délégation des Etats-Unis.

Les tractations sur le projet restent serrées à quelques heures de son adoption. La troisième et dernière mouture du texte américain disponible jusqu’ici pourrait subir une toute dernière modification.

La proposition "du retrait immédiat et sans conditions" du Front Polisario d’El Guergarat ne fait pas l’unanimité au sein du Conseil de sécurité. La troisième version du projet de résolution, dont l’APS a obtenu une copie, suggère que le Secrétaire général de l’ONU briefe le Conseil de sécurité dans 15 jours sur ce retrait.

Le texte est déséquilibré et n’explique pas les causes qui étaient à l’origine de la crise dans cette zone tampon, surveillée par les Nations Unies, soulignent plusieurs membres de l’organe onusien.

La situation s’est envenimée dans cette zone sensible, située à la frontière avec la Mauritanie, lorsque le Maroc voulait imposer la construction d’une route traversant les territoires sous contrôle du Front Polisario en violation de l’accord de cessez-le-feu.

Son retrait opéré, après l’appel du SG de l’ONU à la retenue, n’était qu’une manœuvre pour dissimuler la violation flagrante de l’accord de 1991, affirment les observateurs.

Le projet de résolution réaffirme à cet égard que les accords militaires conclus avec la Minurso concernant le cessez-le-feu doivent être pleinement respectés et exhorte les parties à y adhérer pleinement.

La délégation américaine a réitéré dans son projet de résolution cette année "le besoin urgent pour la Minurso de retourner à la pleine fonctionnalité" et demande au secrétaire général de briefer le Conseil de sécurité dans un délai de trois mois sur la mise en œuvre de cette disposition.

Les Etats-Unis avaient exigé l’année dernière le rétablissement immédiat des activités de cette mission onusienne, une initiative qui a été paralysée par une action très agressive de la France au sein du Conseil de sécurité.

Notant que "le statut quo au Sahara occidental n’est plus acceptable", le projet de résolution appelle le Front Polisario et le Maroc à baliser le terrain pour un cinquième round des négociations.

"La relance des négociations sous les auspices du secrétaire général doit aboutir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d’un arrangement conforme aux principes et aux objectifs de la charte des Nations Unies tout en notant l’importance du rôle des deux parties du conflit à cet égard", souligne ce texte.

La délégation américaine a demandé que le Conseil de sécurité soit briefé par le secrétariat général sur le travail qui sera mené par le nouvel émissaire onusien dans le cadre de la relance des négociations.

Le SG de l'ONU devrait informer le Conseil de sécurité des progrès accomplis dans ce sens six mois après la nomination du successeur de Christopher Ross.  (SPS)

020/090/700