Un syndicat espagnol appelle au respect de l’arrêt de la CJUE sur le Sahara occidental

Madrid, 9 avr 2017 (SPS) Le syndicat espagnol (Commissions ouvrières) a appelé à respecter et à se conformer à l’arrêt de la cour de justice de l’union européenne du 21 décembre 2016 qui stipule que les accords commerciaux entre le Maroc et l’UE ne sont pas applicables au territoire du Sahara occidental.

Ce syndicat, l’un des plus importants en Espagne avec l’Union général des travailleurs (UGT) a exprimé vendredi dans une résolution adoptée lors de son 9ème congrès, sa préoccupation au sujet de l’exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental par les entreprises européennes, ce qui est contraire au droit international et européen, a-t-il précisé avant de mettre l’accent sur l’illégalité de toute activité commerciale au Sahara occidental occupé sans le consentement du peuple sahraoui.

Les commissions ouvrières ont dans ce cadre invité les entreprises européennes et espagnoles d’agir conformément au droit international et européen et de cesser toutes les activités commerciales qui peuvent favoriser la perpétuation de l’occupation marocaine du Sahara occidental et l’exploitation de ses ressources naturelles dans les domaines de la pèche, l’agriculture, le phosphate, le sable ou des énergies renouvelables.

Ce syndicat espagnol exhorte par ailleurs, toutes les autorités à mettre en œuvre la législation en vigueur conformément au récent arrêt de la cour de justice de l’union européenne.

La Confédération intersyndicale espagnole a récemment condamné la répression marocaine contre les travailleurs et les chômeurs, et le peuple sahraoui en général qui proteste dans les territoires occupés du Sahara occidental pour revendiquer ses droits fondamentaux.

Cette confédération a rappelé à ce titre qu’en dépit du grand taux de chômage parmi la population sahraouie qui vit dans les zones occupées par le Maroc, ce dernier continue de piller illégalement les ressources naturelles sahraouies.

Plusieurs parlements régionaux espagnols ont, depuis que la cour de justice de l’union européenne a décidé que les accords d’association entre L’UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental et que ces deux territoires sont séparés et distincts, appelé au respect et à l’application de cet arrêt invitant toutes les entreprises européennes et  espagnoles notamment à cesser leurs activités, d’abord contraires au droit international et européen et ensuite qui favorisent la perpétuation de l’occupation marocaine de ce territoire, le dernier en Afrique en attente de décolonisation.

Les parlements régionaux espagnols ont également demandé dans leurs motions de soutien l’application de la légalité internationale qui prévoit la tenue d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental afin de permettre à sa population de décider librement et démocratiquement de son avenir. (SPS)

020/090/700