"Il Est Temps Que Les Nations Unies Prennent en charge sérieusement la question du Sahara Occidental" (Kheddad)

Londres, 4 avril 2017(SPS) Le coordonnateur sahraoui auprès de la Mission des Nations Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental (MINURSO), membre du secrétariat  national du Front Polisario, Mhamed Kheddad, a soutenu mardi à Londres, qu’il était temps que les Nations Unies prennent en charge sérieusement la question du Sahara occidental qui dure depuis des décennies.

Dans un entretien à l’APS à l’issue d’une entrevue au ministère britannique des Affaires étrangères, M. Kheddad a souligné "la responsabilité du Conseil de sécurité de l’ONU de mettre fin à la souffrance du peuple sahraoui et de faire pression sur le Maroc pour l’obliger à respecter les droits de l’Homme au Sahara occidental et à tenir ses engagements pour l’organisation d’un référendum d'autodétermination." 

"Depuis 26 ans le Maroc bloque tous les efforts de la communauté internationale et il est temps que le Conseil de sécurité situe les responsabilités du Maroc dans la détérioration de la situation au Sahara occidental à tous les niveaux, afin d’empêcher les frustrations de la jeunesse et tous les risques que cela comporte" , a-t-il dit.

M. Khaddad, a affirmé qu'"il est important de redonner crédit à la MINURSO par le retour à sa pleine fonctionnalité, comme le stipule la résolution 2285 du Conseil de sécurité, or depuis l’expulsion de ses membres, l’année dernière le Maroc, à peine 25 membres sont retournés sur un total de 85."

Il a souligné également l’importance que "des négociations entre le Maroc et le Front Polisario reprennent, pour trouver une solution définitive au conflit du Sahara occidental, qui garantit au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination."

Le responsable sahraoui a affirmé à cet égard, que "le Polisario est disposé à coopérer avec le Secrétaire Général de l’ONU et son envoyé personnel au Sahara Occidental, afin de créer une nouvelle dynamique pour le processus de paix", relevant que cela "signifie qu’un terme soit mis aux blocages qui ont été érigés par le Maroc depuis 1991."       

-Une application rigoureuse des résolutions onusiennes s’impose-

M. Khaddad qui a indiqué que le rapport du SG de l’ONU sur le Sahara occidental sera remis cette semaine au Conseil de sécurité, a exprimé le souhait, d’un nouveau départ pour une application stricte et rigoureuse des résolutions du Conseil de sécurité qui soutiennent une solution qui garantit le droit à l’autodétermination du peule sahraoui.

"Ce qui pourrait forcer le Maroc à se soumettre au droit international, c’est l’attitude des membres du Conseil de sécurité, notamment la France qui bloque tout développement d’une solution à la question sahraouie et empêche qu’il y est la moindre pression contre le Maroc pour qu’il accepte la mise en application des résolutions du Conseil de sécurité", a relevé le responsable sahraoui.

Il a néanmoins relevé que de nouveaux éléments peuvent changer la donne, notamment la décision de la Cour de justice européenne (CJUE), très nette qui rappelle avec force que le Sahara occidental et le Maroc sont deux territoires distincts, mais aussi l’adhésion du Maroc à l’Union Africaine (UA).

"En siégeant à l’UA, le Maroc s’est engagé à respecter les frontières héritées de la décolonisation. Le Maroc a également accepté le devoir de l’UA de défendre l’intégrité et la souveraineté des Etats membres", note M. Kheddad.

Il a indiqué que "le SG de l’ONU a une nouvelle opportunité pour débloquer la situation, en tenant compte de tous les considérants et de tous les blocages qui ont empêché à ce jour, la mise en application du plan de règlement des Nations Unies au Sahara occidental." (SPS)

020/090/700 042045 AVR 017 SPS