L'annonce par le Maroc de faire reculer ses troupes d'Al Guergarat est une manoeuvre (président de la République)

Smara (camps de réfugiés sahraouis), 27 fév 2017 (SPS) Le président de la République, secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali a estimé que l'annonce par le Maroc de faire reculer ses troupes d'Al Guergarat relevait d'une manœuvre et une diversion, affirmant que l'occupant marocain devait assumer les conséquences de ses pratiques coloniales qui risquent de compromettre le cessez le feu.

Le président de la République qui présidait l'ouverture des festivités marquant le 41e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), a estimé que l'annonce par le Maroc de faire reculer de quelques centaines de mètres, ses troupes d'Al Guergarat relevait d'une violation du statut même de ce territoire et de l'accord de cessez-le-feu conclu depuis 1991 dans le cadre du plan règlement ONU-Afrique.

Pour M. Ghali, la situation actuelle et tout ce qui en découle est de la responsabilité du seul Maroc du fait de ses pratiques colonialistes qui mettent en péril non seulement le cessez-le-feu mais aussi la paix, la sécurité et la stabilité dans toute la région.

Le SG du Polisario a demandé au secrétaire général de l'ONU et au conseil de sécurité d'adopter des mesures concrètes et directes pour mettre fin aux violations marocaines au droit international  pour accélérer une solution démocratique juste et durable par le parachèvement du plan de règlement Onu-Afrique de 1991 devant aboutir à la tenue d'un référendum d'autodétermination en faveur du peuple sahraoui.

Le président de la République a rappelé que l'occupant marocain n'a cessé d'entraver les démarches internationales visant un règlement du conflit et continue de refuser à l'envoyé personnel du SG de l'ONU à la zone de conflit et mépriser les décisions de la communauté internationale voire de piétiner ses prérogatives en expulsant la composante civile et politique de la Minurso.

Le Maroc a été jusqu'à tenter de modifier le statut du territoire par l'invasion de territoires sahraouis libérés en violation flagrante du cessez-le-feu dans la région d'Al Guergarat et sur les frontières mauritaniennes, avec ce qu'une telle entreprise a impliqué en termes de provocation et d'intimidation, a ajouté le président de la République.

 Toutes ces pratiques, de nature à exacerber les tensions, relèvent d'une manœuvre trompeuse du royaume marocain visant à faire diversion de son véritable visage d'Etat occupant qui, au mépris de la loi et au détriment de la crédibilité des Nations unies, bafoue les droits du peuple sahraoui et pille ses richesses naturelles, a insisté le président Ghali qui a mis le Conseil de sécurité face à ses responsabilités de faire appliquer les décisions de la légalité internationale.

Il a enfin rappelé que l'Etat espagnol en tant que puissance administrante du Sahara occidental doit aussi assumer sa responsabilité pour ce qui est de permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination. Il a appelé la France à jouer un rôle historique en tant que membre permanent du Conseil de sécurité  en appuyant notamment l'option démocratique pour le règlement du conflit plutôt que de s'obstiner dans son parti pris en faveur des thèses colonialistes.(SPS)

020/090/700 271521 FEV 017 SPS