41ème anniversaire de la RASD: un modèle édifiant de lutte pour l'indépendance

Smara (camps des réfugiés sahraouis), 27 fév 2017 (SPS) L'Etat sahraoui a franchi, 41 ans après la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), des pas importants sur la voie de l'édification de ses fondements et de ses institutions dans les domaines politique, sécuritaire et administratif, faisant du Front Polisario, noyau de l'Etat, un modèle édifiant parmi les mouvements de libération à travers le monde, en ce sens qu'il a su allier édification institutionnelle et lutte pour la libération.

Depuis le 27 février 1976, date de la proclamation de la RASD et de la formation du premier gouvernement sahraoui (5 mars 1976 à Bir Lahlou, sous la présidence de Mohamed Lamine Ould Ahmed) qui comptait nombre de ministères installés, l'Etat sahraoui a poursuivi ses efforts pour le parachèvement du processus d'édification de ses institutions, grâce à des compétences purement sahraouies, en prélude à la phase d'indépendance.

La visite de l'ex-Secrétaire général de l'ONU à Bir Lahlou dans des territoires sahraouis libérés en mars 2016, parallèlement à l'anniversaire d'installation du premier gouvernement sahraoui, dénotait le degré de reconnaissance internationale, dont jouit désormais la RASD en tant qu'Etat digne de respect et de considération, au regard de ses engagements historiques face à une politique fondée sur les manœuvres et les menaces par laquelle le Maroc tente de dissimuler les vérités et de se dérober à ses responsabilités.

Au plan politique, le Front Polisario en tant que noyau de l'Etat sahraoui et unique représentant légitime du peuple sahraoui fait prévaloir les options pacifiques dans sa lutte pour l'indépendance, étant conscient des enjeux géostratégiques qui pèsent sur la région et le monde entier pour prouver ainsi à la communauté internationale la pertinence des décisions prises au sein des structures de l'Etat, mettant en échec la campagne médiatique de l'occupation marocaine visant à porter atteinte à leur réputation.

L'Institution de l'Armée de libération sahraouie dirigée, par le président de la RASD et chef suprême des forces armées, Brahim Ghali, est le socle qui sous-tend l'Etat sahraoui formé par de jeunes sahraouis compétents dotés d'une grande capacité d'intervention. Les évènements de Guerguerat illustrent bien cette grande opérationnalité de l'armée qui a réussi à déjouer la tentative d'invasion des forces d'occupation dans la région libérée, en violation du cessez-le-feu de 1991 parrainé par l'ONU, pour être surpris par la rapidité d'intervention de l'armée sahraouie.

La diplomatie à l'avant-garde, la femme et les jeunes au cœur de la dynamique de développement

La diplomatie sahraouie se trouve au devant de la lutte pour l'indépendance, sous le leadership du ministre des Affaires étrangères, Mohamed Salek. Des réalisations historiques ont été accomplies au double plan continental et onusien pour en faire de la République sahraouie un Etat ayant la qualité de membre à part entière au sein de l'Union africaine (UA) plaidant haut et fort pour la justesse de la cause sahraouie au sein des fora internationaux.

Depuis la signature de l'accord de cessez-le-feu en 1991, la diplomatie sahraouie, soutenue par les différentes institutions de l'Etat de la République sahraouie, a amorcé une nouvelle étape de lutte sanctionnée par de nombreuses victoires au triple plan africain, européen et onusien.

Sur le plan économique, les institutions de l'Etat sahraoui ont prouvé leur savoir-faire en matière de gestion de situations économiques des plus difficiles au niveau des camps des réfugiés, notamment en cas de catastrophes ou manque d'approvisionnements.

La femme et les jeunes sahraouis jouent un rôle central dans la dynamique de développement tracée par les autorités sahraouies, basée sur la formation continue des ressources humaines au sein des structures de l'Etat.

Sur le plan social, les regroupements humains de citoyens sahraouis obéissent, selon le plan administratif des camps de réfugiés, à une philosophie sociale ancestrale et unique en son genre qui consacre la relation du citoyen sahraoui avec sa patrie, le Sahara Occidental. Toute wilaya sahraouie occupée est représentée par une wilaya administrative dans les camps de réfugiés, habitée par les autochtones de la région pour démontrer leur détermination à retourner dans leurs terres après l'indépendance.

Cette répartition sociale dans les camps des réfugies, constitue une expression sociale de l'attachement à la lutte commune de tous les sahraouis sous la tutelle d'un Etat uni, et une sorte de soutien aux sahraouis qui se trouvent dans les wilayas occupées.

Cette organisation sociale de l'Etat sahraoui, porte un message d'espoir du retour au pays.          Une occupation qui a eu lieu durant la troisième Décennie internationale  de l'élimination du colonialisme.

Les festivités marquant l'anniversaire de la proclamation de la RASD interviennent à la faveur de la troisième Décennie internationale de l'élimination du colonialisme (2011-2020) proclamée le 10 décembre 2011 par l'Assemblée générale de l'ONU, et 60 ans après l'adoption de la Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples colonisés (décembre 1960).

Malgré la mise en oeuvre de trois plans d'action durant les trois dernières décennie, concernant l'élimination du colonialisme, le Sahara Occidental reste toujours occupé avec la complicité de certains pays occidentaux notamment la France.

L'Assemblée générale de l'ONU a proclamé en 1990 la première Décennie internationale de l'élimination du colonialisme qui s'accompagnait d'un plan d'action. L'année 2010 a marqué le cinquantième anniversaire de la déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples colonisés et a coïncidé avec la fin de la seconde Décennie internationale. A cette occasion, une troisième Décennie internationale a été proclamée (2011-2020).(SPS)

020/090/700 271509 FEV 017 SPS