La détention arbitraire d'étudiants sahraouis dans les prisons marocaines dénoncée

Bruxelles, 25 jan 2017 (SPS) L'eurodéputée Paloma Lopez a dénoncé la "détention arbitraire" d'étudiants sahraouis dans les prisons marocaines, s'indignant des conditions de leur incarcération, notamment de la "torture" dont ils sont victimes.

Dans une question écrite adressée à la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, l'eurodéputée espagnole l'a exhortée à prendre toutes les mesures nécessaires afin de protéger les droits fondamentaux de ces Sahraouis détenus à la prison de l'Oudaya (Marrakech), qu'elle considère comme prisonniers politiques.

Paloma Lopez a invité Mme Mogherini à prendre toutes les mesures appropriées afin de s’assurer que leurs droits en tant que prisonniers politiques soient pleinement respectés, réclamant une expertise médicale "pour vérifier les accusations de torture formulées par ces prisonniers".

La députée européenne s'est interrogée, à ce titre, sur les mesures que l'Union européenne (UE) compte prendre pour que ces prisonniers soient examinés par des médecins d’organisations médicales internationales et indépendantes, afin de pouvoir documenter les mauvais traitements et les tortures qu’ils ont subis. Elle a demandé, en outre, à la haute représentante de l'UE aux Affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Moghereni de faire pression sur le Maroc pour éviter un nouveau report du procès des étudiants sahraouis détenus "arbitrairement" à la prison de l'Oudaya depuis près d'une année déjà.

"Ils (les étudiants) estiment être jugés arbitrairement en représailles à leur militantisme, dans l'espace universitaire, en faveur de la cause sahraouie", avait souligné l'Association sahraouie des victimes des violations graves des droits de l'Homme commises par l'Etat marocain (ASVDH).

Cette association a lancé en novembre dernier un appel aux autorités marocaines d'occupation pour le "respect de leur droit à la santé, à la bonne nutrition et l'amélioration de la situation de leur détention à l'intérieur de la prison, et de leur assurer un procès équitable".

La chef de la diplomatie européenne a assuré, dans sa réponse, à Ploma Lopez que l'UE suit de près la situation des droits de l'homme au Maroc et au Sahara occidental.

"Dans le cadre de son dialogue politique avec les autorités marocaines, l'UE soulève régulièrement des cas individuels concernant des allégations de violations des droits de l'homme", a-t-elle indiqué.

Elle a affirmé également, dans sa réponse, que l'UE soutient les efforts du Secrétaire général des Nations unies pour parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le contexte d'arrangements conformes avec les buts et principes de la Charte de l'ONU. (SPS)

020/090/700 251700 JAN 017 SPS