Le Front Polisario sort renforcé de Malabo, les pays africains renouvellent leur soutien au Sahara occidental

Malabo, 24 nov 2016 (SPS)  Les pays africains ont dénoncé la dernière "manoeuvre" du Maroc qui a tenté, en vain, de perturber le bon déroulement du sommet de Malabo, en refusant de siéger aux côtés de la délégation du Front Polisario, qui sort désormais renforcé par un indéfectible soutien africain.

Les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Union africaine (UA) ayant participé au 4ème sommet Afrique-Monde arabe, dont les travaux ont pris fin mercredi soir à Malabo (Guinée Equatoriale), ont réaffirmé leur "attachement à l'Acte constitutif de l'UA, et leur soutien à la cause sahraouie".

Ainsi, le représentant de l'Ethiopie qui a dénoncé la manœuvre du Maroc, a tenu à rappeler que "le Sahara occidental est membre à part entière et jouit de ses pleins droits que lui confère l'Acte constitutif de l'UA".

Se sont joints à l'Ethiopien, les représentants de l'Afrique du Sud et de la Namibie, qui ont souligné que "la cause sahraouie est pour l'Afrique ce que la cause palestinienne est pour le Monde arabe, et que sa sacralité (de la question sahraouie) relève des principes de l'UA".

Les chefs de diplomatie des pays de l'UA ont réaffirmé cet engagement suite à la décision du Maroc de conditionner sa participation par son refus de siéger aux côtés de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), membre fondateur de l'organisation panafricaine, à ce sommet.

Quelques pays, en l'occurrence, le Maroc, l'Arabie Saoudite, Bahreïn, le Qatar, les Emirats Arabes Unis, la Jordanie et le Yémen, ont annoncé mardi leur retrait des travaux du sommet après que les délégués africains ont refusé de "retirer le drapeau de la RASD, d'expulser sa délégation et surtout de supprimer dans la déclaration finale du Sommet, le paragraphe exprimant le soutien à la cause du peuple sahraoui et son droit à l'autodétermination sous l'égide des Nations unies".

Cependant, cette démarche n'a pas eu d'impact sur les règles du quorum requises pour la tenue de l'événement. Puisque, outre l'Algérie, d'autres pays arabes dont l'Egypte, la Tunisie, le Soudan, la Somalie le Djibouti ont refusé de se retirer du Sommet qui a finalement abouti à la "Déclaration de Malabo", qui a reçu le soutien d'une soixantaine de chefs d'Etat africains et arabes présents dans la capitale équato-guinéenne.

L'UA, qui a insisté sur la participation de la RASD au travaux du Sommet, a toujours soutenu le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui. De ce fait, les pays membres s'engagent "à ne prendre part à des événements que manquera le Sahara occidental".

- Le Maroc "isolé" sur le continent africain -

 

Scellé en 1977 au Caire en Egypte, le 4ème sommet Afrique-Monde arabe, a "été témoin de l'isolement totale du Maroc sur le plan africain" et a révélé que "la politique de colonisation, d'expansion, et d'annexion par la force de terres voisines, ne figure pas dans le dictionnaire africain contemporain dicté par les principes et idéaux de liberté, d'indépendance, d'autodétermination et de souveraineté", a déclaré le ministère sahraoui des Affaires étrangères dans un communiqué.

La position des pays africains "est en accord avec les valeurs communes de l'UA qui rejettent toute atteinte à l'intangibilité des frontières héritées de l'indépendance, l'annexion de territoires par la force et l'expansionnisme et sacralisent les droits des peuples à l'autodétermination et à l'indépendance", ajoute la diplomatie sahraouie.

Les 54 membres de l'UA  "se sont élevés tel un seul homme et exprimé leur attachement aux valeurs et principes qui gouvernent l'UA, rejetant par principe toute surenchère ou compromission, et exprimant leur forte solidarité avec la RASD et leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination", indique la même source.

Le gouvernement sahraoui, indique le communiqué, "a appelé le Royaume du Maroc a revoir sa politique à l'égard du peuple sahraoui, politique d'agression, d'assassinats et de spoliation des richesses".

 Le gouvernement sahraoui appelle également le Maroc à "mettre fin à sa colonisation illégitime des territoires occupés du Sahara occidental et à travailler avec la partie sahraouie pour la mise en œuvre de ce qui a été décidé à travers la signature du plan de règlement de 1991, en levant les obstacles et en cessant les atermoiements concernant l'organisation du référendum d'autodétermination" conclut le communiqué. (SPS)

020/090/700 242100 NOV 016 SPS