Des pirates électroniques ciblent les militants qui défendent le droit à l'autodétermination au Sahara occidental (ONG)

Londres, 04 nov 2016 (SPS) L’organisation britannique de soutien au Sahara occidental, Adala Uk, a affirmé jeudi, qu'un groupe de hackers qui soutient l'occupation marocaine du territoire sahraoui a été derrière une vague d'attaques visant les sites d’organisations pro-sahraouies, y compris le site de cette ONG.

"Des pirates électroniques soutenant la position marocaine de colonisation du Sahara occidental continuent de cibler les e-mails et comptes de médias sociaux de militants sahraouis et des sites de toutes les organisations et personnes qui soutiennent la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et le Front Polisario", a écrit l’organisation sur son site web.

Elle rapporte que des activistes sahraouis dans les territoires occupés du Sahara occidental affirment qu'ils ont été "régulièrement piratés" par des parties soutenant l’occupant marocain, qui tentent d'accéder à leurs communications et réseaux en ligne.

"Les piratages électroniques ont également ciblé les groupes qui soutiennent l'autodétermination du Sahara occidental, mais qui travaillent en dehors des territoires occupés", est-il ajouté.

Adala UK donne en exemple son compte de messagerie qui a récemment été ciblé par un pirate en ligne qui s’est présenté sous le nom de "Mahfoudh", et a proposé par email un soutien volontaire à l’organisation, prétendant soutenir la cause sahraouie.

Un jour plus tard tous les contacts de Adala UK ont reçu un spam demandant une assistance financière urgente, et un expert de Cambridge School of Technology a confirmé que le compte a été piraté après l’ouverture de l’e-mail de "Mahfoudh" qui a introduit des logiciels espions sur le compte de messagerie et l’a transmis également à tous les contacts de l’organisation.

Rassurant que le virus espion avait été supprimé, l’ONG relève que ce n’était pas la première fois que des parties soutenant la colonisation marocaine ont tenté de l’espionner, affirmant que d’autres sites ont également été victimes des pirates du net, comme celui de l’organisation britannique Sandblast qui soutient les Sahraouis dans les camps de réfugiés à travers des projets culturels et qui participe à la sauvegarde du patrimoine culturel.

En raison des piratages et des virus espions introduits dans le site de Sandblast, ce dernier avait été bloqué pendant plusieurs jours.

"Ces attaques en ligne contre les ONG font partie d'une campagne de piratage qui ne date pas d’aujourd’hui mais remonte à plusieurs années déjà", souligne Adala UK, qui précise que les hackers ciblent aussi les blogs des opposants à l'occupation marocaine du Sahara occidental, les plus populaires, tels que "Equipemedia" et "Sahara Occidental News".

"Il est avéré que toutes les attaques contre les blogs et les réseaux de médias sociaux et les adresses électroniques des pro-Sahraouis, ont des motifs politiques parce que des photos du roi marocain et de la famille royale ont été publiées de même que des expressions soutenant la colonisation marocaine au Sahara occidental", a relevé l’organisation.

Par ailleurs, il est rapporté que des centaines de Sahraouis, y compris des mineurs, ont déclaré avoir été torturés lors de leur détention et ils ont été forcés de donner aux autorités marocaines des informations concernant leurs contacts sur les réseaux sociaux.

Des manifestants pour la liberté du Sahara occidental ont également été contraints, sous la torture toujours, de remettre leurs contacts sur les réseaux sociaux à leurs tortionnaires, affirme Adala UK.

L’attention est attirée sur le piratage des sites de "nombreuses ONG", gérées par des bénévoles, qui soutiennent le peuple sahraoui et qui ne disposent pas des moyens de se prémunir contre les hackers ou qui ne peuvent pas se rendre compte ou supprimer l’espion en ligne.

Adala UK exhorte "les organisations pro-sahraouis à en parler lorsqu’elles découvrent que le motif du piratage est politique", car elle juge que "le silence sur ce sujet ne sert qu'à aider les pirates et ceux qui les soutiennent." (SPS)

020/090/700 041323 NOV 016 SPS