"Il n’y a pas de doute quant au fait que le Maroc est une Puissance occupante du Sahara occidental" (Afrique du Sud)

New York, 08 oct 2016 (SPS)  "Il n’y a pas de doute quant au fait que le Maroc est une Puissance occupante au Sahara occidental, comme cela a été reconnu par l’Assemblée générale et la Cour internationale de Justice dans son avis consultatif de 1975", a déclaré le représentant d’Afrique du Sud auprès de l’ONU,  M. Wouter Hofmeyr Zaayman.
 
M. Zaayman, qui s’exprimait devant la 4ème Commission de l’ONU, a réitéré la solidarité de son pays avec la lutte du peuple sahraoui, en rappelant que le droit à l’autodétermination est le socle sur lequel la démocratie sud-africaine s’est fondée.
 
"S’agissant du Sahara occidental, dernière colonie du continent africain, l’Afrique du Sud a reconnu dès le départ le droit à l’autodétermination et à l’indépendance du peuple sahraoui", a-t-il dit.
 
Le représentant a lancé un appel à l’ONU pour qu’elle mette en applications ses décisions sans plus tarder afin de permettre enfin au peuple sahraoui d’exercer son droit à l’autodétermination.
 
Les déclarations du Conseil de paix africain et des chefs d’État de l’Union africaine (UA) ont régulièrement affirmé que "sans règlement durable de cette situation, les tensions persisteront et l’intégration de la région du Maghreb restera futile", a souligné le représentant.
Le représentant sud-africain a par ailleurs rappelé que lors de sa récente intervention devant le Conseil de sécurité, l’Envoyé spécial de l’UA pour le Sahara occidental, l’ancien Président du Mozambique, M. Joaquim Chissano, avait déploré la décision du Maroc d’expulser le personnel civil de la MINURSO estimant qu’il s’agissait d’" un dangereux précédent ".
 
Il avait également regretté le manque de progrès dans la tenue du référendum d’autodétermination et demandé au Conseil de sécurité d’inclure une composante de protection des droits de l’homme dans le mandat de la MINURSO.
 
Le représentant sud africain a également prévenu que les difficultés faites par les autorités marocaines aux visites dans la région de l’Envoyé personnel du SG de l’ONU pour le Sahara occidental risquaient d’avoir des conséquences négatives sur l’exposé que ce dernier  doit présenter le 16 octobre au Conseil de sécurité, et sur le rapport du Secrétaire général prévu pour mai 2017. 
 
En conclusion, le représentant sud-africain a demandé que la MINURSO puisse retrouver toutes ses fonctions conformément à la résolution 2285 (2016) du Conseil de sécurité.(SPS)
093/090/