Sahara Occidental: la situation dans la zone d'Alguergarat "reste tendue", selon l’ONU

New York, 8 sept 2016 (SPS) La situation sécuritaire dans la zone d’Alguergarat au sud du Sahara Occidental "reste tendue" malgré les efforts des Nations Unies pour désamorcer cette crise, a indiqué mercredi  l'ONU.

"La situation dans la zone d’Alguergarat, à l’intérieur de la bande tampon reste tendue",  a indiqué le porte parole du SG de l’ONU, Stéphane Dujarric au cours de son point de presse quotidien.

Selon le porte parole, cette situation a été aggravée par la persistance du Maroc à construire une route reliant cette zone au territoire mauritanien.

"Malgré les efforts continus de la Minurso pour désamorcer cette crise, les éléments de sécurité des deux parties ont maintenu leurs positions à environ 120 mètres des uns des autres", a précisé le porte parole.

"La Minurso a déployé des observateurs militaires non armés pour s’interposer entre les deux parties, dans un effort pour maintenir le calme", a-t-il ajouté.

En parallèle, l’ONU a engagé une série de discussions avec "les parties et les Etats membres concernés pour conseiller la retenue et identifier des options pour une solution acceptable à la crise actuelle", a-t-il enchaîné.

Le porte parole de Ban ki-moon a mis en garde contre "une reprise des hostilités" qui pourrait avoir "des implications régionales plus larges", en soulignant que la situation dans cette zone sensible située à la frontière avec la Mauritanie demeure "une préoccupation importante" pour l’ONU.

La Minurso qui dit suivre de près la situation a confirmé dans une note interne en août dernier la présence de policiers marocains dans cette zone.

Dans cette note confidentielle transmise  pour information au Conseil de sécurité le 28 août, le secrétariat général de l’ONU a affirmé que le Maroc a mené du 16 au 25 août une opération sécuritaire sans avertir au préalable la Minurso, violant l’accord militaire numéro un.

Le Maroc a justifié sa présence dans cette zone par une prétendue opération anti-contrebande et a annoncé jeudi dernier son intention de la poursuivre.

Mercredi, le représentant du Front Polisario  auprès des Nations Unies, Ahmed Boukhari a été reçu à New York par le président du Conseil de sécurité, Gerard Van Boheman avec lequel il a évoqué la situation dans la zone d’Alguergarat.

Au cours de cette réunion, M. Boukhari a informé le président du Conseil de sécurité sur la situation créée dans cette zone "qui représente un défi aux termes du cessez-le-feu convenus par les deux parties, le Front Polisario et le Maroc, avec les Nations Unies".

A ce titre, M. Boukhari a transmis à M. Van Boheman la position prise par le Front Polisario pour relever ce défi qui "met en péril la perspective d'une solution pacifique au conflit et implique une menace directe à la stabilité et à la sécurité dans la région".

Le représentant du Front Polisario a réitéré l'appel sur "l'urgente nécessité pour le Conseil de sécurité d’assumer ses responsabilités pour éviter que la situation créée unilatéralement par le Maroc ne débouche sur un scénario de conflit ouvert aux conséquences imprévisibles". (SPS)

020/090/700 081143 SEPT 016 SPS