Assassinat d'un citoyen sahraoui par le Maroc: une plainte déposée auprès des instances internationales (Kheddad)

Soumis par webmaster le mer, 09/03/2016 - 20:00

Alger, 09 mars 2016 (SPS) Le Coordinateur sahraoui auprès de la Minurso, Mohammed Kheddad, a annoncé mercredi à Alger qu'une plainte a été déposée aux Nations Unies, et au niveau de la Commission des droits de l'Hommes à Genève, et au Commissariat de l'ONU des droits de l'Homme suite à l'assassinat par les forces d'occupation marocaine d'un citoyen sahraoui dans les territoires libérés du Sahara occidental.

 

Le 27 février dernier les forces d'occupation marocaine ont ouvert le feu, sans sommation, sur des Sahraouis dans la zone tampon de Gueltet Zemmour, une région où l'usage d'armes est interdit en vertu d'un accord de cessez-le-feu signé par le Front Polisario et le Maroc en 1991. Le citoyen sahraoui, Chmad Bad Djouli, a été assassiné dans cette agression lors de laquelle des armes lourdes ont été utilisées par l'occupant.

 

"Nous avons déposé plainte auprès des Nations Unies, la Commission des droits de l'Homme à Genève et auprès du Commissariat de l'ONU des droits de l'Hommes", a indiqué M. Kheddad dans un point de presse, qualifiant cette agression criminelle d'"acte de guerre conformément à la Convention de Genève et de violation du cessez-le-feu".

 

La famille du citoyen sahraoui, Chmad Bad Djouli, avait demandé l'ouverture d'"une enquête internationale transparente et rapide" sur les circonstances de cet "acte odieux", appelant la Mission de l'Onu pour l'organisation du référendum au Sahara occidental (Minurso) à "assumer ses responsabilités quant au retard accusé pour secourir ce dernier".

 

L'oncle du défunt, Hammed Hammed Djouli, a appelé les Nations Unies à "accélérer l'enquête sur ce crime abject perpétré par l'occupant marocain à l'encontre d'un citoyen sahraoui sans défense qui n'avait commis aucun délit", a constaté l'APS, qui avait rendu visite à la famille de défunt dans le camp des réfugiés sahraouis de Smara.

 

De son côté, le président de la Commission sahraouie des Droits de l'Homme, Abba El-heyssen, a "fermement" condamné l'assassinat du citoyen sahraoui, espérant que la visite, samedi dernier, du Secrétaire général de l'ONU dans la région constituera "le début du compte à rebours" pour le règlement de la question sahraouie. (SPS)

 

020/090/700 092000 MARS 016 SPS