Les anticolonialistes doivent réprouver la position de Trump sur le Sahara occidental

Ottawa, 17 jan 2021 (SPS) Tous ceux qui s'opposent au colonialisme doivent s'opposer à la reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental proclamée par le président américain sortant, Donald Trump, a indiqué l'universitaire canadienne d'origine espagnole, Vivian Solana.

"Trump a ouvertement fait du marchandage avec les droits des peuples palestinien et sahraoui en contrepartie de profits politiques et économiques. Tous ceux qui rejettent la colonisation et l'impérialisme devraient s'opposer à la reconnaissance de la prétendue souveraineté marocaine sur le Sahara occidental", a déclaré le maître assistant à l'université de Carleton à l'agence SPS, partie prenante à  "l'initiative de la lettre de solidarité avec le Sahara occidental". Une lettre déjà signée par 336 universitaires de différentes nationalités et appelant à respecter du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination.

"Le tweet ( de Trump au sujet de la question sahraouie) a démontré clairement à quel point la lutte des peuples palestinien et sahraoui étaient liés", a-t-elle indiqué, précisant que la lettre de solidarité avec le peuple sahraoui " s'adresse à ceux qui résistent à l'impérialisme américain dans la région (et ailleurs) et leur rappelle qu'ils ont toutes les bonnes raisons de soutenir les Sahraouis".

Le 10 décembre dernier, dans un tweet, Donald Trump a annoncé reconnaître la "souveraineté" marocaine sur le Sahara occidental, mais également la normalisation des relations entre le Maroc et l'entité sioniste.

"C'était écœurant de voir comment un simple tweet pouvait attirer davantage l'attention (des médias) que la lutte anticoloniale d'un demi-siècle du peuple sahraoui, il est évident que le tweet de Trump a eu l'effet inattendu de  donner de la visibilité au conflit", a-t-elle constaté.

La lettre lancée par des universitaires en faveur du Sahara occidental a précisément pour objectif d'attirer l'attention sur le drame que vit le peuple sahraoui, a soutenu Mme. Solana qui n'a pas exclu, en outre, que le nouveau président américain, Joe Biden, annule la décision de Trump pour soigner l'image des Etats-Unis au niveau international.

Toutefois, redoute-t-elle, le retour à la normale dans la politique étrangères américaine "ne garantit pas aux Sahraouis leurs droits" en raison des relations "amicales de longue date" que les Etats-Unis entretiennent avec Israël et le Maroc et qu'ils placent au premiers plan au détriment du travail en faveur du Droit international.

Néanmoins, les Etats-Unis pourraient favoriser un retour aux négociations entre le Maroc et le Polisario si les Américains affirmaient leur respect au Droit international, estime l'universitaire qui informe qu'une deuxième lettre de solidarité avec le peuple sahraoui sera envoyée à Joe Biden prochainement.

Par ailleurs, Vivia Solana  a accusé l'Espagne et le Canada d'être "complices dans le processus de colonisation en cours au Sahara occidental", évoquant une réaction canadienne "contradictoire" après le tweet de Trump qui saluait la normalisation entre le Maroc et l'entité sioniste mais qui précisait que la position canadienne au sujet du Sahara restait "inchangée".

Solana  a critiqué le fait que l'Espagne continue à poursuivre ses ventes d'armes au Maroc, après la reprise du conflit armé avec le Front Polisario, le 13 novembre dernier,  en dépit des objections de députés espagnols.

Vivian Solana a effectué de nombreux travaux de recherche au sujet du Sahara occidental, s'intéressant aux questions d'ordre politiques mais également aux droits des femmes, aux phénomènes migratoires post-coloniaux et aux mouvements de résistance anti-coloniale. (SPS)

020/090/700