Journée parlementaire à Alger sur la nécessité de faire appliquer le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination

ALGER, 23 Déc 2020 (SPS) Les participants à la Journée parlementaire sur le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, ont exprimé, mercredi à Alger, le soutien total des parlementaires algériens à la lutte du peuple sahraoui dans sa cause juste pour l'autodétermination et l'indépendance, affirmant la nécessité d'accélérer l'organisation d'un référendum d'autodétermination".

Lors de cette journée organisée par la commission des affaires étrangères et de la coopération extérieure, les parlementaires ont mis en avant le rôle de l'Union africaine (UA) dans la défense de la question sahraouie, se félicitant de son rôle efficace sur la scène international.

Ils ont, dans ce sens, exhorté l'UA à la relance de son acte constitutif, en imposant son application à la totalité de ses membres, selon les recommandations finales.

Les participants ont saisi l'occasion de cette rencontre qui intervient dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de la résolution 1514 pour souligner que le peuple sahraoui est le seul détenteur de la souveraineté du Sahara Occidental, tel que stipulé dans toutes les chartes et décisions internationales, refusant "toute atteinte à ce droit par une quelconque partie, car constituant une violation flagrante d'un droit sacré consacrant la paix et la justice dans les relations internationales".

Les conférenciers ont salué, d'autre part, les efforts des Etats, organisations régionales et internationales de soutien au peuple sahraoui, le confortant dans son droit légitime à l'indépendance et à l'édification de son Etat, exhortant le secrétaire général de l'ONU à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel au Sahara occidental pour parachever le processus de décolonisation, en application des principes de la charte de l'Onu et en application de la résolution 1514 portant Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples colonisés.

Un appel a également été lancé à l'adresse des parlementaires du monde entier pour "dénoncer la persistance de la crise humanitaire difficile et de longue date que vit le peuple sahraoui, des suites de l'occupation de ses territoires par le Maroc et sa privation de son droit à l'autodétermination et à l'indépendance".

Les parlementaires se sont félicités de "la position ferme de l'Algérie et son soutien indéfectible à la lutte du peuple sahraoui et à son droit légitime à l'autodétermination et à l'indépendance, conformément aux décisions de l'ONU", saluant sa résistance et son attachement à sa position vis-à-vis des causes justes, en dépit des provocations et des complots étrangers qui la ciblent.

Dans son allocution à l'ouverture de la Journée parlementaire, le président de la commission des affaires étrangères, de la coopération et de la communauté, Ilyes Saadi, a appelé à l’accélération de la mise en œuvre du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination par tous les moyens, garantis par le droit international et les conventions internationales, s'interrogeant sur les entraves empêchant l’application de la légalité internationale et le parachèvement du processus du règlement onusien.

M. Saadi a souligné que le droit à la liberté est un droit inconditionnel et inaliénable et l'autodétermination est un droit garanti par toutes les législations et les lois sans recourir à la violence, en particulier avec les récents développements survenues, avec les violations des droits du peuple sahraoui dans les territoires occupées, et la violation flagrante de l'accord de cessez-le-feu signé en septembre 1991, soulignant dans le même contexte que «ce qui se passe est le résultat du retard de l'ONU dans le règlement de la question sahraouie, ainsi que de l'absence du représentant personnel du Secrétaire général de l'ONU».

De son côté, la présidente de la commission parlementaire algéro-sahraouie, Saida Bounab a souligné la nécessité de se tenir du côté du peuple sahraoui et de lui permettre de réaliser son droit à l'autodétermination, soulignant que la question sahraouie ne peut être résolue en dehors des conventions internationales, qui stipulent clairement la décolonisation.

Mme Bounab a appelé la communauté internationale à faire pression sur le Maroc pour l'amener à se soumettre à la légalité internationale, mettre fin à l'occupation marocaine, condamner les violations continues des droits du peuple sahraoui et accorder à la MINURSO les prérogatives de contrôle des droits de l'homme.

Elle a également salué le rôle de la diplomatie sahraouie dans la défense des causes justes et les positions de l'Algérie en faveur de la légalité internationale.

Le président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Bouzid Lazhari, a affirmé que l'existence de colonies dans le monde menaçait la sécurité et la paix internationales et attentait aux droits de l'Homme, appelant à l'accélération de la mise en œuvre de la résolution 1514 sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux.

Et d'enchainer que "le comité de l'ONU chargé de l'application de la déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux avait mis en avant dans son dernier rapport l'impérative décolonisation du Sahara Occidental", ajoutant que l'ONU est, en vertu de cette résolution, contrainte de l'appliquer, quelles que soient les difficultés conjoncturelles et les positions individuelles contraires à la légalité internationale.

De son côté, le président du Comité algérien de solidarité avec le peuple sahraoui, Said Layachi a qualifié l'annonce de Trump concernant la reconnaissance de la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental moyennant la normalisation des relations avec l'entité sioniste, de "comportement irréfléchi et de deal de la honte entre des parties qui se jouent de la lutte du peuple sahraoui", soulignant que les positions internationales et des parlements internationaux étaient contre "le maudit décret de Trump".

Le même intervenant a fait savoir que l'Algérie, qui tient une position "ferme et inaliénable" envers la cause sahraouie, est fière de soutenir et d'accompagner les 17 mouvements de libération dans le monde conformément aux principes du 1er novembre et au Droit international qui garantir au peuple sahraoui son droit à l'autodétermination, appelant à l'impératif d'accélérer l'organisation d'un référendum et contraindre le Maroc à respecter le Droit international et organiser un référendum.

Ont pris part à cette journée parlementaire, les membres des deux chambres du Parlement et du corps diplomatique agréé en Algérie, des personnalités nationales et les présidents d'associations et d'organisations populaires, outre des experts en droit constitutionnel et en sécurité. (SPS)

 

090/097/700