L'état de santé de Mahfouda Bamba Lefkir en détérioration

El Aaiun (territoires sahraouis occupés) 14 é  2020(SPS)-  Détenue depuis près de trois mois  par les autorités d'occupation marocaine à El Aaiun  occupée, la militante sahraouie, Mahfouda Bamba Lefkir, se trouve dans un état de santé "inquiétant", a indiqué une source médiatique des territoires occupés du Sahara occidental.
" La militante sahraouie, Mahfouda Bamba Lefkir souffre de problèmes de santé à force d’être battue à coups de matraques, elle a été tirée par ses cheveux et a même perdu conscience après son arrestation, il y a près de trois  mois", 
Les conditions de l'arrestation arbitraire et injustifiée de Mahfouda Lefkir s’était déplacée vers le tribunal pour assister au procès de son cousin paternel Mansour Othmane Moussaoui, arrêté lors de la célébration populaire, dans les territoires sahraouis occupés, de la victoire finale de l’Algérie lors de la coupe d’Afrique des nations de football.
La domicile familial est  encerclé par les forces d’occupation marocaine".
dans le même contexte , l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, a appelé les autorités d'occupation marocaine, à la libération immédiate et inconditionnelle de Mme Mahfouda Bamba Lefkir et de l’ensemble des défenseurs des droits humains sahraouis,
 
L'Observatoire est un partenariat de la Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT).
Les deux organismes ont exigé des autorités marocaines de "garantir" en toutes circonstances l’intégrité physique et psychologique de Mme Lefkir, et à "mettre un terme à toute forme d'harcèlement, y compris au niveau judiciaire, à son encontre, au même titre que l’ensemble des défenseurs des droits humains au Sahara occidental.
La détenue sahraouie Mahfouda Lefkir Bamba avait été arrêtée, le vendredi 15 novembre 2019, au siège du tribunal de première instance d'El-Aaiun, où elle était venue soutenir un prisonnier civil, avant d'être transférée, le 16 novembre 2019, à la prison Lakhal.(SPS).
 
97/90