Sahara Occidental: Guterres appelle à préserver l’élan de Genève

New York, 04 oct 2019 (SPS) Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé dans un nouveau rapport sur le Sahara Occidental à préserver la dynamique insufflée par son ancien envoyé personnel, Horst Kohler lors des discussions de Genève, affirmant qu’une solution au conflit était "possible".

"Mon envoyé personnel, Horst Kohler, a été en mesure de rétablir la dynamique et l’élan indispensables au processus politique (...) Il est donc essentiel que la continuité et l’élan de ce processus politique ne soient pas perdus", relève le SG de l’ONU dans la copie préliminaire de ce rapport soumis mercredi au Conseil de sécurité.

"Je reste convaincu qu'une solution à la question du Sahara occidental est possible", a-t-il ajouté, soulignant que "la recherche d'une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental nécessite, toutefois, une volonté politique forte de la part des parties et de la communauté internationale".

Guterres a encouragé les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc à s’engager "de bonne foi et sans pré-conditions" dans le processus politique dès qu’un nouvel envoyé personnel sera désigné.

A ce propos, il a précisé que son ancien envoyé personnel avait annoncé son intention d’organiser une troisième table ronde après les deux réunions tenues à Genève lorsqu’il y aura des signes de progrès réels sur le fond et aussi sur un processus politique sans pré-conditions.

Kohler qui s’est retiré en mai de son rôle d’émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental après vingt mois d’intenses médiations a voulu observer une halte avant de lancer un troisième round de discussions.

L’ancien envoyé personnel qui était insatisfait du rythme imposé par certains membres permanents du Conseil de sécurité avait souhaité prendre le temps qu’il faut pour s’assurer que tout le monde est à bord et rame dans la même direction.

Dans le même temps, il avait estimé que "des efforts réels" de la part des deux protagonistes sont nécessaires pour créer la confiance qui manque à la progression des négociations.

Les mesures de confiance, notamment celles portant sur la reprise des visites entre familles sahraouies sont toujours en suspens, regrette le chef de l’ONU dans ce nouveau rapport.

Sur ce volet le Maroc ne s’est pas montré coopératif et a rejeté toutes les mesures proposées dans ce sens, pourtant prévues par plusieurs résolutions du Conseil de sécurité.

En matière des droits de l’Homme, le SG de l’ONU a souligné la persistance des violations à l’encontre des Sahraouis des territoires occupés et le maintien du blocus médiatique imposé à ce territoire non-autonome.

Guterres a indiqué que le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme demeure préoccupé par la persistance des restrictions aux libertés d’expression, d’association et de réunion ainsi que par les informations sur les tortures et mauvais traitements infligés aux prisonniers sahraouis notamment le groupe des détenus de Gdeim Izik.

Durant la période couverte par le rapport, le Haut-commissariat a continué à recevoir des informations faisant état de harcèlement et d'arrestations arbitraires de journalistes, d'avocats, de blogueurs dans les territoires sahraouis occupés.

Soulignant l’importance de la MINURSO en tant que principale source d’informations impartiales sur le Sahara Occidental, Guterres a recommandé au Conseil de sécurité de proroger le mandat de la mission onusienne mais sans proposer une durée pour ce renouvellement. (SPS)

020/090/700