Répression des sahraouis à Smara: le Polisario saisit les instances de l’ONU

New York, 08 juin 2019 (SPS) Le Front Polisario a saisi les instances de l’ONU suite à la répression brutale de jeunes sahraouis à Smara par les forces de sécurité marocaines, alors qu’ils fêtaient la libération du détenu politique sahraoui, Salah Abdallah Lebsir.

Le représentant du Front Polisario auprès de l’ONU, Mohamed Sidi Omar, a adressé samedi une lettre de dénonciation au chef de la Minurso, Colin Stewart, aux sous secrétaires adjoints de l’ONU en charge des affaires politiques et des opérations de maintien de la paix et aux membres du Conseil de sécurité.

Les forces de l’ordre marocaines et des agents paramilitaires ont fait preuve d’une " barbarie qui parle d’elle-même et se passe fort bien de tout commentaire", a dénoncé le diplomate qui a accompagné sa lettre d’un enregistrement vidéo montrant des jeunes sahraouis brutalisés par les forces de sécurité marocaines.

"Malheureusement, ces pratiques terroristes sont perpétrées dans un black-out médiatique total" imposé aux territoires sahraouis occupés où des journalistes et défenseurs des droits de l’homme sahraouis sont "persécutés et détenus de façon arbitraire", a-t-il déploré.

M. Sidi Omar a cité le cas de Nezha El Khalidi, arrêtée le 4 décembre 2018, alors qu’elle diffusait, en direct sur Facebook, une scène de rue au Sahara occidental occupé dénonçant la répression des manifestants sahraouis.

Rappelant les recommandations du secrétaire général de l’ONU dans son dernier rapport sur le Sahara Occidental, le représentant sahraoui a souligné l’urgence de mettre en place une surveillance indépendante des droits de l’homme dans les territoires occupés.

Dans ce rapport, le chef de l’ONU a estimé qu’"une surveillance indépendante, impartiale, globale et durable de la situation des droits de l'homme est nécessaire pour garantir la protection des sahraouis" dans les territoires occupés.

Le diplomate affirme qu’"il est devenu impératif que l'ONU, par le biais de sa mission sur le terrain, prenne les mesures nécessaires pour mettre fin aux brutalités et l'impunité des autorités marocaines " qui violent les droits humains fondamentaux des sahraouis dans les territoires occupés.

"Notre peuple a beaucoup souffert et sa patience et confiance dans le processus de paix des Nations Unies s'épuisent de jour en jour", indique-il. (SPS)

 020/090/700