Le Parlement européen viole le droit international au Sahara occidental (PCF)

Paris, 20 jan 2019 (SPS) Le Parti communiste français (PCF) a affirmé que le vote par le Parlement européen sur l'extension de l'accord de tarifs douaniers préférentiels aux territoires du Sahara occidental sous  occupation marocaine est une violation du droit international.

"En violation d'une décision de la Cour européenne de justice de 2016, le Parlement européen vient de voter l'extension de l'accord de tarifs douaniers préférentiels aux territoires du Sahara Occidental sous occupation marocaine", a rappelé le PCF dans un communiqué qui condamne cette décision.

"Cette modification de l'accord entre l'UE et le Maroc ne peut s'appliquer car le Sahara occidental est en droit séparé et distinct du Maroc", a-t-il soutenu, notant que pour contourner cette obligation, la Commission européenne a ignoré l'opposition du Front Polisario, seul représentant du peuple sahraoui, et le rejet des associations de la société civile.

Le PCF a considéré cette décision du Parlement européen de "coup de force" contre la Charte des Nations unies, le droit international et notamment le droit à l'autodétermination des peuples, soulignant que ces modifications au protocole "entérinent l'occupation marocaine et encouragent le pillage des ressources agricoles et de pèche des Sahraouis".

Pour ce parti français, ces modifications "mettent en danger les négociations engagées depuis décembre 2018 sous l'égide de l'ONU confortant l'intransigeance de Rabat".

Il demande que la Cour européenne de justice émette un nouvel avis, exprimant sa "solidarité" avec le peuple sahraoui et le Front Polisario "dans leur lutte pour le droit à l'autodétermination".

Le PCF, a-t-il dit, "continuera à soutenir leurs exigences de combat justice, de liberté et de paix".

Le vote du PE est intervenu après un long processus de négociations entre l'UE et les autorités marocaines visant à contourner l'arrêt de la CJUE, en passant notamment outre l'impératif du consentement du peuple du Sahara occidental, tel qu'exigé dans l'arrêt de la même cour, rappelle-t-on.

Une source diplomatique algérienne à Bruxelles a estimé dans une déclaration à l'APS que cette "véritable forfaiture commise ce jour au Parlement européen transgresse de manière outrancière et crasse les arrêts de la CJUE qui a statué sur le caractère +distinct+ et +séparé+ du territoire du Sahara occidental".

Le Front Polisario a condamné fermement, par la voix du ministre délégué représentant pour l'Europe, Mohamed Sidati, une "décision illégale" et à "courte vue" du Parlement européen, soulignant que "cet acte porte un coup non seulement aux défenseurs des droits humains et au droit international, mais aussi au processus de paix conduit par l'ONU que l'UE prétend elle-même défendre". (SPS)

020/090/700