La RASD "satisfaite" du rapport du président de la Commission de l’UA sur le Sahara occidental

Nouakchott, 03 juil 2018 (SPS) Le rapport sur la question du Sahara occidental, présenté par le président de la commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, dans le cadre de la mise en oeuvre de la décision 653 de la 29ème session de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, tenue en juillet 2017, renforce davantage l’implication de l’Organisation panafricaine dans la gestion de la question du Sahara occidental au niveau des Nations unies.

Ce rapport adopté à l’unanimité par les chefs d’Etat et de gouvernement, rend compte des interactions du président de la Commission avec les autorités des deux parties, la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et le Maroc, ainsi qu’avec celles des pays voisins, l’Algérie et la Mauritanie, indique un communiqué du ministère de AE.

Comme le recommande le rapport dans son paragraphe 21 (a), l’Union africaine est appelée à renforcer son "implication dans la recherche d’une solution au conflit, au titre de sa responsabilité dans la promotion de la paix et de la sécurité et de la stabilité sur l’ensemble du continent, et conformément aux instruments pertinents de l’UA et le rôle qui lui est reconnu en tant qu’Organisation régionale, par la Charte des Nations unies".

Dans son paragraphe 14, le rapport du président Faki reflète fidèlement la position de la RASD qui souligne que l’UA "doit jouer un rôle important, de concert avec les Nations unies, tout en exprimant sa disponibilité à engager immédiatement des négociations directes, sans conditions préalables, avec le Maroc, qui porte la responsabilité de l’impasse actuelle, ayant jusqu’ici rejeté toutes les propositions de sortie de crise et continuant à faire obstacle aux négociations demandées par le Conseil de sécurité du fait des conditions préalables qu’il pose".

Le rapport fait également référence à d’autres aspects évoqués par le président de la commission et les autorités sahraouies dont la souffrance des réfugiés sahraouis, la frustration croissante des jeunes et leur impatience, l’exploitation illégale des ressources naturelles sahraouies et la situation des droits de l’homme dans les territoires occupés de la RASD.

Sur la substance, le rapport de M. Faki rappelle la position de la RASD sur cette question et affirme que "le Maroc viole le principe de l’UA de l’intangibilité des frontières héritée à l’indépendance" et souligne "le caractère inaliénable du droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination".

Par ailleurs, le soutien de l’UA aux efforts onusiens tel que recommandé dans le paragraphe 21 (b), rapport du président de la commission, devra être basé sur les résolutions des Nations unies et des décision de l’Union africaine, qui ont constamment demandé aux deux parties de reprendre, sans délais, de bonne foi et sans conditions préalables, les négociations directes, pour parvenir à une solution politique juste durable et mutuellement acceptable qui pourvoie à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental.  

Il est, en outre, à souligner que ce rapport recommande également à l’UA de soutenir pleinement l’Envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies dans sa démarche et ses efforts visant à relancer, sans délais et sans conditions, les négociations entre les deux parties aux conflits, le Front Polisario et le royaume du Maroc.

Le président de la commission affirme dans son rapport qu’il a pu noter chez les deux parties "leur engagement à coopérer avec M. Kohler en vue de relancer le processus de négociation et parvenir à une solution". (SPS)

020/090/700