Rassemblement à Bruxelles pour dénoncer les manœuvres de l’UE visant à inclure le Sahara occidental dans ses accords avec le Maroc

Bruxelles, 7 juin 2018 (SPS) Un rassemblement pour dénoncer les manouvres de l'Union européenne (UE) qui veut continuer à inclure le Sahara occidental dans le champ d’application de ses accords commerciaux avec le Maroc a été organisé jeudi à Bruxelles.

Une centaine d'activistes et de responsables sahraouis, de membres d'associations soutenant la cause sahraouie et d'eurodéputés ont participé à ce rassemblement organisé, à quelques encablures du siège de la Commission et du Conseil européens, pour exhorter l'UE à se conformer aux décisions "de sa plus haute juridiction".

Munis de pancartes plaidant pour l’arrêt du soutien de l’Europe à l’occupation marocaine du Sahara occidental, les participants au rassemblement ont appelé également l’UE à arrêter de profiter de l’occupation de ce territoire, qualifiant l’opportunisme européen de "crime".

"Pas de commerce, ni pêche sans l’accord du Front Polisario", ont averti les manifestants qui ont  réclamé la "liberté aux prisonniers politiques sahraouis".

Le président du parlement, Khatry Addouh, a condamné à l’occasion la décision d’"autoriser la Commission européenne à négocier des amendements aux accords UE-Maroc afin d’inclure explicitement le Sahara occidental", relevant "l’illégalité fondamentale de cette approche".

Le président de l’Observatoire des ressources naturelles au Sahara occidental (WSRW), Erik Hagen a dénoncé, de son côté, la présence d’entreprises européennes qui profitent allègrement d’un accès sans entrave au territoire non-autonome.

Erik Hagen a déploré, dans ce contexte, "la complicité de l’UE" dans l’entreprise du Maroc qui vise à assoir son emprise socio-économique sur le Sahara occidental.

Nicole Gasgnet de l’association des amis de la République arabe sahraouie (AARASD) a jugé important de poursuivre la mobilisation pour que "l’UE prenne conscience du mal qu’elle fera aux Sahraouis si elle signe des accords avec le Maroc qui incluent le Sahara occidental".

Le président de l’organisme sahraoui des minéraux, Ghali Ezzoubir, a affirmé, pour sa part, que le peuple du Sahara occidental n’acceptera jamais que son droit d’exploiter ses ressources naturelles soit "confisqué" et qu’il est déterminé à défendre ses droits.

Etaient présents également à ce rassemblement, la députée européenne Paloma Lopez, l’ex-eurodéputé Jordi Sébastia, le ministre sahraoui délégué pour l’Europe, Mohamed Sidati et de nombreux autres parlementaires nationaux espagnols.(SPS)

020/090/700