Les allégations du Maroc contre le Hizbollah visent à faire pression sur l'axe irano-syrien

Beyrouth, 27 mai 2018 (SPS) Les allégations du Maroc, sans apporter de preuves matérielles, sur un prétendu soutien militaire du parti libanais Hizbollah au Front Polisario "interviennent dans un contexte régional pour faire pression sur l'axe irano-syrien", a insisté le secrétaire général du parti, Hassan Nasrallah.

Le SG du Hizbollah, qui intervenait  à l'occasion de la fête de la résistance et de la libération, a déclaré à ce sujet que le Maroc n'a pas apporté de preuves matérielles (enregistrement, photos ou autres) pour étayer ses accusations, se contentant de présenter une liste de noms "donnés par Israël".

Il a expliqué que le ministre marocain des Affaires étrangères, Nacer Bourita, lorsqu'il s'est rendu en Iran avant la rupture des relations diplomatiques, "n'a donné que les noms de personnalités supposées avoir apporté un soutien au Front Polisario, sans apporter de preuves matérielles".

Hassan Nasrallah a démenti toute relation ou lien de son parti avec le Front Polisario, soulignant que sa position envers la cause sahraouie était "neutre" et que le dossier présenté par Bourita à ce sujet était "vide".

Il a ajouté que les allégations des autorités marocaine contre l'Iran et "ne sont qu'une tentative pour satisfaire certaines parties tierces".

Le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères avait souligné, pour sa part, que "la persistance des allégations éhontées et mensongères des responsables marocaines pour justifier la rupture des relations diplomatiques entre le Maroc et l'Iran et les accusations répétitives totalement dénuées de fondement contre notre pays, sont une tentative visant à satisfaire des parties tierces".

Bahram Qasimi avait catégoriquement démenti jeudi passé les nouvelles déclarations du Ministre marocain des Affaires étrangères, lors d'une interview accordée à la chaine de télévision américaine Fox news. Pour lui, Bourita "sait bien que ces accusations sont fausses, infondées, et basées sur les illusions des autres parties qui l'incitent à porter de fausses accusations pour servir les intérêts de leurs peuples, au détriment des intérêts du peuple marocain".

"Insister sur ces allégations est une tentative futile qui finira par porter préjudice aux pays musulmans", avait indiqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires Etrangères. (SPS)

020/090/700