UA: une délégation marocaine exclue d'une réunion à Addis-Abeba

Addis-Abeba, 26 mai 2018 (SPS) L'Union africaine (UA) a décidé samedi  d'interdire l'entrée de tous les membres d'une délégation marocaine, ayant  tenté de s'introduire de force à la réunion des ministres des affaires  étrangères de 15 Etats africains dont la République Arabe Sahraouie  Démocratique (RASD), concernée par la consultation autour du thème de la  réforme institutionnelle de l'UA, en vertu de la résolution  687 issue du  dernier sommet d'Addis-Abeba.

La réunion qui s'est tenue à Addis-Abeba, en présence d'une délégation  sahraouie conduite par le ministre de l'eau et de l'environnement, Brahim  Mokhtar, a été retardée de deux heures, en raison d'une tentative de la  délégation marocaine de s'introduire de force dans la salle, suscitant  l'indignation des délégations présentes et des responsables de la  Commission Africaine.

Apres la tentative de la Commission africaine de convaincre la délégation  marocaine que leur pays n'était pas convié à cette réunion dont la  consultation concerne 15 Etats seulement, conformément à l'alinéa 3 de la  résolution 687, issue du sommet des chefs d'Etats et de gouvernements en  janvier 2018, le Maroc a indiqué qu'il est "déterminé à participer à la  réunion aux côtés des 15 Etats concernés par le thème de la réforme, dont  la RASD".

Selon des sources informées, la présidente du Conseil  exécutif de l'UA, ministre rwandaise des affaires étrangères, a décidé de  mettre fin aux provocations du Maroc et son attitude non diplomatique", en  procédant à un changement de salle et en renforçant les mesures  sécuritaires pour interdire l'entrée des membres de la délégation  marocaine.

Le Maroc a échoué une fois encore à imposer ses choix à l'UA, alors que le  président de la Commission de l'UA, Moussa Faki Mohamed, et la présidente  du Conseil exécutif de l'UA ont déploré le retard accusé dans la tenue de  la réunion, ont ajouté les mêmes sources.

La réunion consultative portera sur l'examen des nouveautés à apporter  dans la mise en œuvre du projet de réforme de l'UA et les questions  relatives au budget et aux finances, des questions prioritaires définies  lors du sommet de l'UA et des Communautés économiques régionales, et ce  conformément au principe de dépendance et d'intégration.

La RASD participe à la réunion à la tête d'une délégation dirigée par le  ministre de l'Eau et de l'Environnement, Brahim Mokhtar Boumakhrouta,  accompagné par MM. Lamine Baali, ambassadeur du Sahara occidental en  Ethiopie et à l'UA et Dadi Essalek, attaché de presse culturel à la  Délégation sahraouie auprès de l'Ethiopie et de l'UA.

Le groupe des 15 Etats concernés par la consultation sur la réforme  institutionnelle de l'UA est composé de trois pays de chaque région,  proposés par les cinq territoires.

La République sahraouie a bénéficié de la confiance de la région de  l'Afrique du Nord, ainsi que de l'Algérie et de l'Egypte, pour jouir de la  qualité de membre dans ce groupe. (SPS)

020/090/700