Espagne: "les Sahraouis sont les seuls légitimes à gérer leurs ressources naturelles"

Madrid, 24 mai 2018 (SPS) Le ministre conseiller du gouvernement autonome des Iles Canaries chargé de la coopération institutionnelle internationale, Carmelo Ramirez, a souligné que "les Sahraouis sont les seuls légitimes à gérer leurs ressources naturelles", ajoutant qu’"aucun pays au monde ne reconnait la souveraineté marocaine sur le territoire du Sahara occidental".

Le conseiller à la coopération internationale au gouvernement canari a, en outre, souligné lors d’une conférence de presse animée conjointement avec le ministre sahraoui des territoires occupés, Bachir Mustapha Sayed, l’importance de tenir un référendum d’autodétermination pour achever le  processus de paix et de pouvoir "éviter qu’un conflit armé ne se produise à quelques centaines kilomètres des Iles Canaries".

Pour ce faire, Carmelo Ramirez a réitéré à cette occasion son appel en direction des entités Canariennes par le biais duquel il les invite à respecter la légalité internationale et les décisions de justice de la Cour de l’Union européenne qui ont clairement signifié que "le Maroc n’a aucune souveraineté sur le Sahara occidental".

L’exploitation des ressources sahraouies par les entreprises étrangères ayant négocié avec le Maroc signifie, a-t-il conclu "collaborer avec l’occupation marocaine illégale et violente".

Pour sa part, le ministre sahraoui des territoires occupées, Bachir Mustapha Sayed, a indiqué que la Commission européenne essaye de "manoeuvrer pour contourner l’arrêt de justice de la CJUE qui exclut les ressources sahraouies de l’accord de pêche entre le Maroc et l’UE. "Nous demandons à la Commission européenne de respecter le droit international".

Le Sahara occidental et le Maroc sont deux territoires voisins et séparés, chacun est souverain sur ses ressources et ses frontières doivent être respectées, a-t-il dit, avant d’ajouter que la manière de respecter les droits du peuple sahraoui et de ne pas contribuer à les mettre en danger "est de rechercher le consentement du peuple sahraoui dans toute collaboration qu’il souhaite établir par rapport à ses ressources". (SPS)

020/090/700