L’ONU appelée à accélérer la décolonisation du Sahara occidental (Front Polisario)

Saint Georges (Grenade), 13 mai 2018 (SPS)  Les Nations Unies sont  appelées à prendre les mesures nécessaires pour accélérer la décolonisation  du Sahara Occidental et permettre au peuple sahraoui d’exercer son droit  inaliénable à l’autodétermination, a indiqué le représentant du Front  Polisario, Sidi Mohamed Omar.

"La responsabilité de l'Organisation des Nations Unies à l'égard du peuple  du Sahara occidental, réaffirmée chaque année dans les résolutions de  l'Assemblée générale, devrait être assumée sans plus tarder ", a déclaré M.  Sidi Mohamed Omar lors du séminaire du Comité spécial de décolonisation de   l’ONU, dit Comité des 24 qui s’est tenu à Saint Georges à Grenade.

"En d'autres termes, cela signifie que l'ONU et ses organes délibérants  devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer une  décolonisation rapide et complète de notre territoire", a ajouté le  représentant du Front Polisario, estimant que sur ce dossier il était "grand temps" à l’ONU de joindre le geste à la parole.

Rappelant les tentatives flagrantes du Maroc de miner le droit du peuple  sahraoui à l’indépendance, en recourant à la manipulation, à la  désinformation et à l’intimidation, Sidi Mohamed Omar a indiqué que les  Nations Unies et la communauté internationale dans son ensemble devraient  "exercer la pression nécessaire sur le Maroc" pour permettre la tenue d’un  référendum d’autodétermination.

Pour la partie sahraouie, c’est la seule voie possible pour parvenir à la  décolonisation tant attendue du Sahara occidental, dernière colonie  d’Afrique, qui va marquer "la fin d’un des chapitres les plus brutaux de  l'histoire du continent".

Evoquant la dernière résolution du Conseil de sécurité prorogeant le  mandat de la MINURSO de six mois, le responsable sahraoui a précisé que la  courte durée de renouvellement marque également l’importance accordée par  cet organe onusien à la reprise des négociations entre les deux partis du  conflit sans pré-conditions et de bonne foi.

"C’est un message clair et fort adressé au Maroc, puissance occupante, qui  a toujours assujetti les négociations à des conditions préalables et qui a  toujours entravé le processus de paix onusien", a-t-il expliqué.

M. Sidi Mohamed Omar a souhaité que le Conseil de sécurité apporte son  plein appui à l’émissaire Horst Kohler en vue de relancer le processus de  négociations et parvenir à une paix juste et durable à la question du  Sahara Occidental conformément aux résolutions pertinentes des Nations  Unies.

Le représentant sahraoui a rappelé, devant le Comité des 24, que  l’adoption de cette résolution a été précédée par une campagne de  désinformation sans précédent, menée par le Maroc, allant jusqu’à lancer  des menaces militaires pour annexer de force les territoires sahraouis  libérés.

Mohamed Omar a qualifié la campagne menée par les représentants du Maroc à  l’ONU de "diplomatie brutale" destinée à "faire avancer des agendas  coloniaux".

Mais force est de constater, a-t-il poursuivi, que cette campagne de désinformation n’était que de la poudre aux yeux visant à détourner  l’attention du Conseil de sécurité des vrais problèmes qui sont à l’origine  du blocage du processus de paix.

Le représentant sahraoui, a par ailleurs, rappelé que le Comité des 24  chargé de suivre l’application de la déclaration sur l’octroi de  l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux, continuait d’examiner la  question du Sahara Occidental à la demande de l’Assemblée générale de  l’ONU. Cela "témoigne de la décolonisation inachevée du territoire sahraoui", a-t-il affirmé.

Le Maroc a essuyé vendredi un nouvel échec au sein du Comité des 24, qui  vient de conclure à Grenade les travaux de son séminaire annuel sur la  décolonisation.

Malgré une mobilisation inégalée de son appareil diplomatique et une  débauche de moyens considérables dans tous les pays de la région, le Maroc  n’a pas réussi à donner un cachet reconnu à la participation des soi-disant  élus locaux de Dakhla et d’El Aaiun, villes occupées du Sahara occidental.

La réponse des membres du Comité qui ont participé au séminaire a été sans  équivoque : le Front Polisario est et demeure, comme le dictent les  résolutions de l’Assemblée générale, le seul représentant légitime du  Sahara occidental, territoire non-autonome inscrit sur la liste du Comité  en charge de la décolonisation. (SPS)

020/090/700