Le Polisario dément les allégations marocaines concernant le prétendu "soutien militaire de Hezbollah"

Bir  Lahlou (territoires sahraouis libérés), 2 mai 2018 (SPS) Le Front  Polisario a démenti mercredi dans un communiqué les allégations marocaines  concernant un prétendu "soutien militaire" de Hezbollah libanais au  Polisario.

Dans ce communiqué, le Front  Polisario a qualifié "la décision du Maroc de rompre ses relations  diplomatiques avec l'Iran d'un + opportunisme politique+ par lequel il vise  à se positionner par rapport aux nouvelles évolutions régional et international".

"Prenant acte de la décision du Royaume de Maroc de rompre ses relations  diplomatiques avec la République islamique d'Iran en raison d'un prétendu  soutien militaire de Hezbollah libanais au Front Polisario, le Front  Polisario tient à démentir fermement tout fondement de ses allégations qui  ne sont qu'une reproduction désespérée des précédentes opérations de propagande dont le Royaume de Maroc exploitait pour se positionner dans les   nouvelles évolutions régional et international au service de son agenda  expansionniste", indique le communiqué.

"Le Royaume de Maroc, à travers cette action qui dénote d'un +opportunisme  politique+ vise à se positionner dans les nouvelles évolutions régional et  international et un prétexte pour contourner la reprise du processus des  négociations avec la partie sahraouie adopté par le Conseil de sécurité  dans sa résolution 2414 du 27 avril dernier qui met le Maroc devant ses  responsabilités pour reprendre le processus de décolonisation du Sahara  Occidental conformément aux principes et la Charte de l’ONU".

Dans le même contexte, le Polisario a démenti fermement toute présence  militaires des forces étrangères avec l'Armée de libération populaire  sahraouie (ALPS) qui a mené la guerre de libération nationale avec force et  courage en s'appuyant, exclusivement, sur les éléments et les cadres  nationaux sahraouis, ajoute le communiqué.

 Le coordinateur du Front Polisario avec la Minurso (Mission de l'Onu pour  l'organisation du référendum au Sahara occidental), M'hamed Khedad, avait  indiqué que "le Maroc tente à contourner la reprise des négociations  politiques directes demandée par l'Onu pour le règlement du conflit du  Sahara occidental à travers un référendum d'autodétermination du peuple  sahraoui, demandant au autorités marocaine de fournir la moindre preuve de  ses allégations".

Le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération  internationale, Nasser Bourita avait annoncé mardi que "le Maroc a décidé  de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran en raison du +soutien+ au  Front Polisario, représentant légitime du peuple sahraoui".

 Cette annonce intervient au lendemain de l'adoption par le Conseil de  sécurité de l'Onu, vendredi dernier, de la résolution 2414 qui réaffirme le  droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et appelle les deux parties  au conflit, le royaume du Maroc et le Front Polisario, à des négociations  "sans conditions préalables et de bonne foi", sous les auspices du  Secrétaire général de l’ONU, et prorogeant le mandat de la Minurso de six  mois.(SPS)

020/090/700