Sahara Occidental: la nouvelle résolution du Conseil de sécurité appelle "à l'accélération du processus politique" (diplomate)

Paris, 28 avr 2018 (SPS) Le représentant du Front Polisario en France,  Oubi Bouchraya Bachir a salué la nouvelle résolution du Conseil de sécurité  prorogeant le mandat de la mission des Nations-Unies pour l’organisation  d’un référendum au Sahara Occidental (Minurso) de six mois au lieu d'une  année et affirmant "la nécessité d'accélérer le processus politique" pour le règlement du conflit au Sahara Occidental.

S'exprimant lors d'un passage sur la chaine "El Arabi", samedi, au  lendemain de l'adoption, par le Conseil de sécurité, de la résolution 2414  au sujet du conflit entre le Maroc et le Front Polisario autour du Sahara  Occidental, M. Bouchraya Bachir a indiqué avoir pris acte "avec satisfaction et intérêt, de la résolution du Conseil de sécurité prorogeant  le mandat de la Minurso de six mois au lieu d'une année", estimant que cette résolution "constitue un signal fort pour l'accélération du processus  politique visant la décolonisation du Sahara Occidental et à l’autodétermination du peuple sahraoui".

La résolution du Conseil de sécurité constitue un "signal fort lancé à la  partie marocaine qui entrave le processus politique depuis 2012 et qui sape  depuis des mois la mission de l'envoyé personnel du Secrétaire général de  l'ONU, Horst Kohler, refusant de se soumettre à la légalité internationale  et de retourner, aux côtés du Front Polisario, à la table des négociations,  sans conditions préalables", a-t-il dit, réitérant, à ce propos, la  "disponibilité de la partie sahraouie à engager des négociations directes  et sans conditions préalables pour concrétiser le droit du peuple sahraoui  à l'autodétermination".

Le représentant du Front Polisario en France a rappelé que parmi les  obstacles dressés par le Maroc en vue de prolonger son occupation des  terres sahraouies, figure "son refus d'appliquer l'avant dernière  résolution du Conseil de sécurité" relative à l'envoi d'une mission  technique onusienne pour constater les violations de l'accord de  cessez-le-feu.

"L'escalade dans la région est due à l'absence d'une volonté politique de  la part de la partie marocaine et à ses violations continues de l'accord de  cessez-le-feu", a affirmé le responsable sahraoui.  

Le Conseil de Sécurité de l'ONU a adopté vendredi un projet de résolution  prorogeant le mandat de la mission des Nations Unies pour l’organisation  d’un référendum au Sahara Occidental (Minurso) de six mois jusqu’au 31  octobre 2018.  Elle appelle également les deux parties au conflit, le Maroc  et le Front Polisario, à la reprise des négociations, à l’arrêt depuis  2012, "sans conditions préalables et avec une bonne volonté".

Intervenant juste après l’adoption, la représentante des Etats-Unis, dont  le pays est le porte-plume de la résolution a déclaré que "le statut quo au  Sahara occidental ne permet pas d’aboutir à une solution juste et durable  au conflit", appelant à appuyer l'émissaire Horst Kohler dans sa mission de  médiation. (SPS)

020/090/700