Les dernières provocations marocaines dénotent l'échec de la politique de l'occupant (Président de la République)

Boujdour (Camps des réfugiés sahraouis), 3 avr 2018 (SPS)  Le président de la République et Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a affirmé mardi que les dernières provocations marocaines dénotaient l'échec des  politiques de l'occupant dans tous les domaines.

Intervenant lors d'une journée d'études organisée par le ministère du développement économique sur l'agriculture, le président Ghali, a indiqué  que "tous les desseins du Maroc ont échoué", ajoutant qu'"il n'est plus question pour le Maroc de jouer sur le temps après avoir été isolé par la communauté internationale qui insiste à chaque fois sur la justesse de la cause du peuple sahraoui et sa lutte pour ses droits légitimes à la liberté et à l'indépendance".

"L'occupation marocaine a joué sur le temps pour tenter d'entamer la résistance du peuple sahraoui en misant sur un changement de position de l'Union africaine (UA)", a t-il poursuivi.

Le président de la République a  salué, par ailleurs, "le rôle des alliés du peuple sahraoui dont l'Algérie et sa position de principe inspirée de sa révolution nationale en soutenant tous les mouvements de libération dans le monde", affirmant que "les institutions de la souveraineté nationale seront édifiées sur les terres sahraouies libérées".

Il a indiqué, également, que la dernière campagne marocaine visait à  "entraver la visite de l'envoyé onusien dans les zones sahraouies occupées  ainsi que la visite programmée du président de la Commission de l'UA qui doit présenter son rapport lors du prochain sommet".  

L'ONU avaient démenti lundi les accusations du Maroc, selon lesquelles le Front Polisario aurait déployé des éléments militaires à El Guergarat, en affirmant que la Minusro n’avait enregistré aucune violation de l’accord de cessez-le-feu dans cette zone tampon.

"Nos collègues de la Minurso n’ont observé aucun mouvement d'éléments  militaires dans le territoire Nord-est. La Minurso continue de suivre la  situation de près", a déclaré, Stéphane Dujarric, le porte-parole du  secrétaire général de l’ONU, lors de son point de presse.

La déclaration de M. Dujarric intervenait en réponse à une question sur  les accusations du Maroc relatives à de prétendues violations de l’accord  de cessez-le-feu par le Front Polisario dans cette zone sous surveillance  des Nations Unies.

Le Maroc qui cherchait à provoquer une crise à la veille des discussions  prévues au Conseil de sécurité sur la prorogation du mandat de la Minurso,  avait envoyé dimanche une lettre au président du Conseil de sécurité dans  laquelle il évoque " le maintien de la présence " d'éléments armés du Front  Polisario à El Gueragrat.

Le Maroc est à l’origine de la crise dans cette zone sensible, située à la  frontière avec la Mauritanie, lorsqu’il a voulu imposer en 2016 la  construction d’une route traversant les territoires sous contrôle du Front  Polisario.(SPS)

020/090/700