Droits de l’Homme en territoires occupés : Nécessité d’un mécanisme garantissant l’application entière du droit humanitaire international (ministre)

Smara (camps de réfugiés sahraouis), 25 fév 2018 (SPS) Le ministre des Territoires occupés et de la Communauté sahraouie à l'étranger, Bachir Mustapha Sayed, a affirmé, dimanche au camp de Smara des refugiés sahraouis, que la situation détériorée des droits de l’Homme dans les territoires occupés et les souffrances et exactions endurées par le peuple sahraoui nécessitaient un mécanisme onusien garantissant l'application entière sur le terrain du droit international humanitaire.

"La situation des droits de l’Homme dans les territoires occupés nécessite de hâter l’extension des prérogatives de la mission des Nations-Unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental (Minurso) afin d'englober la protection des droits de l’Homme et de rechercher un mécanisme onusien garantissant l’application entière du droit international humanitaire", a indiqué le ministre sahraoui lors de la conférence internationale sur la résistance pacifique.

"Les souffrances du peuple sahraoui continuent du fait de l’obstination marocaine à faire fi du droit naturel du peuple sahraoui à l’autodétermination, ouvrant ainsi la voie à la violation des autres droits, dont ceux d’expression, de rassemblement, d’opinion politique et de constitution d’associations ou d’organisations", a souligné Bachir Mustapha.

Il a invité les participants à la conférence internationale sur la résistance pacifique à mettre l’accent sur la nécessité de "placer les questions des Droits de l’Homme, du mur de la Honte et de la spoliation des ressources naturelles sahraouies au cœur du combat juridique et du droit humanitaire."

Il s’agit aussi, a-t-il dit, d’approfondir le débat sur ces problématiques, afin de réunir les éléments d’une stratégie devant accompagner la résistance pacifique du peuple sahraoui et de mobiliser les facteurs de pression sur l’occupant marocain pour l’amener à se soumettre à la légalité internationale et au droit humanitaire international.

Pour le ministre sahraoui, cette conférence intervient dans le sillage des victoires remportées par la cause sahraouie à différents grands niveaux, à l’exemple des succès réalisés à l’Union Africaine ayant confirmé la place de l’Etat sahraoui, et au plan juridique et des droits de l’Homme à travers la décision d’annulation par la Cour de justice européenne de l’accord UE-Maroc d’échanges agricoles.

Bachir Mustapha Sayed a également évoqué les conclusions du Procureur général et la décision dernièrement de la Cour suprême d’Afrique du Sud, à travers son jugement définitif concernant une cargaison de phosphate, d’attribuer sa propriété à la République sahraouie, "ce qui en soi constitue une reconnaissance internationale du droit revendiqué par le peuple sahraoui."           

La conférence internationale sur la résistance pacifique entre dans le cadre de la célébration du 42ème anniversaire de la Proclamation de la République arabe sahraouie démocratique.

La célébration comporte aussi plusieurs activités, dont l’organisation du 18ème marathon de solidarité internationale et des expositions culturelles mettant en relief les différentes étapes de la lutte du peuple sahraoui. (SPS)

020/090/700