L'ONU et les organisations des droits de l'Homme appelées à imposer le respect du droit humanitaire international au Sahara Occidental

Alger, 13 déc 2017 (SPS) Le président de la République, Secrétaire général du Front Polisario, Brahim Ghali, a appelé, mardi l'ONU et l'ensemble des organisations des droits de l'Homme à travers le monde, à agir pour imposer le respect du droit humanitaire international au Sahara Occidental occupé.

"Nous exhortons l'ONU et toutes les organisations concernées par les droits de l'Homme à agir pour imposer le respect du droit humanitaire international au Sahara Occidental et la libération des détenus de Gdeim Izik et de tous les prisonniers politiques sahraouis, croupissant dans les prisons du Maroc et faire la lumière sur le sort de plus de 651 sahraouis portés disparus suite à l'invasion militaire de certaines parties de notre pays le 31 octobre 1975", a écrit M. Ghali dans une allocution lue en son nom par son représentant spécial, responsable du Secrétariat de l’organisation politique du Front Polisario, Hamma Salama au Forum de la mémoire à Alger sous le thème "Le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination".

Lors de ce forum organisé par le quotidien El Moudjahid à l'occasion de la journée mondiale des droits de l'Homme (10 décembre 1948), M. Ghali a souligné que "le respect des droits de l'Homme est un tout indissociable et que la pleine application de ces droits ne peut avoir lieu tant que les dernières manifestations du colonialisme persistent en Afrique, en l'absence de la décolonisation du Sahara Occidental, afin de permettre à son peuple d'accéder à son droit à l'autodétermination et à l'indépendance".

"La protection des droits de l'Homme ne peut être crédible alors que le peuple palestinien ne jouit pas encore de son droit à l'indépendance et à l'édification de son Etat indépendant avec El Qods pour capitale".

Le Secrétaire général du Front Polisario a rappelé que "le Maroc exerce une occupation militaire et illégale de territoires de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et perpètre les pires violations des droits de l'homme contre les civils sahraouis innocents mais également au sud du Maroc, dans les cités universitaires et autres lieux du Maroc".

"Le procès des détenus de (Gdeim Izik) a montré au monde le mépris du Maroc à l'égard de la légalité internationale, en jugeant des citoyens sahraouis devant des juridictions marocaines qui leur ont infligés de lourdes peines, y compris la condamnation à perpétuité et en les détenant dans ses prisons, loin de leur pays occupé".

"Même si tous les procès intentés par le Maroc à l'encontre des citoyens sahraouis sont des procès d'occupation illégale, les citoyens soumis à l'occupation doivent être jugés sur leur territoire national en vertu du droit international humanitaire", a-t-il insisté.

"Les violations au quotidien par l'Etat de l'occupation marocaine ne se limitent pas aux pratiques répressives sauvages à l'encontre des civils désarmés, dont des femmes, des enfants, des personnes âgées et des personnes aux besoins spécifiques mais englobent le pillage des richesses naturelles sahraouies", a précisé M.Ghali.

A ce propos, il a mis l'accent sur la nécessité "du respect par la France, l'Espagne, les pays de l'Union européenne (UE) et le monde des stipulations de l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) du 21 décembre 2016 qui confirme la décision de la Cour de Justice internationale (CJI) en 1975 sur le statut du Sahara Occidental du Royaume marocain, en tant que deux territoires distincts avec interdiction de toute exploitation des richesses du peuple sahraoui sans son approbation.

Le président de la République a déploré le parti pris de la France, pays de la Proclamation universelle des droits de l'Homme, en faveur du Royaume marocain, en dépit de sa politique d'expansion et d'agression et l'inondation de la région par la drogue, qui menacent la paix et sécurité dans le monde.

Le Sahara Occidental est la dernière colonie en Afrique, qui demeure occupé par le Maroc depuis 1975 avec l'appui de la France.

Le "Forum de la mémoire" a été organisé à l'occasion de la Journée mondiale des droits de l'homme et du 57e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960, en présence de personnalités historiques, de militants des droits de l'homme, de parlementaires et de représentants de la société civile et de la presse. (SPS)

020/090/700