La Ceas-Sahara réaffirme son engagement dans la défense des droits de l’homme au Sahara occidental

Madrid, 11 déc 2017 (SPS) La coordination nationale espagnole des associations amies avec le peuple sahraoui, Ceas-Sahara, a réaffirme dans un communiqué son engagement total dans la défense des droits de l’homme au Sahara occidental, à l’occasion de la célébration dimanche de la journée mondiale des droits de l’homme.

"Après des décennies d’occupation marocaine, le peuple sahraoui vit encore sous les arrestations arbitraires, les procès inéquitables, les disparitions forcées, les tortures et les mauvais traitements". En bref, le peuple sahraoui vit toutes sortes de violations systématiques des droits de l’homme", a souligné la Ceas-Sahara dans son texte publié sur son site internet, avant de se demander "quelle place occupe le peuple sahraoui dans la déclaration universelle des droits de l’homme et quel rôle doit jouer l’ONU?".

 Mettant l’accent sur la nécessité pour la communauté internationale de protéger les droits de l’homme du peuple sahraoui, la coordination espagnole des associations solidaires avec le Sahara occidental rappelle que l’Etat espagnol membre de l’ONU depuis 1955, a "une dette morale, juridique, historique et politique avec le peuple sahraoui" et "devrait œuvrer honnêtement pour que la légalité internationale soit appliquée au Sahara occidental" et "protéger le droit du peuple sahraoui à un référendum d’autodétermination pour décider librement et démocratiquement de son avenir".

La Ceas-Sahra déplore, dans son communiqué, l"'inefficacité des Nations unies devant l’attitude provocante et illégale du Maroc, le blocus permanent de l’Espagne et de la France ainsi que le silence complice de la communauté internationale", et réaffirme "son engagement total à défendre les droits de l’homme au Sahara occidental et dans le monde entier".

La célébration de la journée mondiale des droits de l’Homme a été marquée dans plusieurs villes espagnoles par l’organisation de rencontres ayant regroupé des membres de la communauté sahraouie installée en Espagne, qui ont demandé de la communauté internationale d’intervenir pour protéger les droits de l’homme des Sahraouis vivant dans les territoires occupés par le Maroc.

A Jaen, un collectif de sahraouis a souligné qu"'il existe de grands conflits sur la planète, mais le peuple du Sahara occidental ne doit pas être oublié", tout en dénonçant "les violations, les enlèvements et les tortures que subissent les Sahraouis vivant dans les territoires occupés par le Maroc".

A Valence, la célébration de cette journée a permis à la fédération des associations amies avec le peuple sahraoui de "revendiquer, une fois de plus, le droit du peuple sahraoui à un référendum d’autodétermination pour décider librement de son avenir qui a été suspendu et sans perspective de reprise, depuis 1991", a souligné Lola Claramunt , vice présidente de la dite fédération.

"Après 61 ans de l'adoption de la Déclaration universelle des droits de l'homme, 24 défenseurs des droits de l'homme ont été emprisonnés par le gouvernement marocain", a dénoncé Claramunt, qui explique que l'année dernière, le Comité contre la torture des Nations Unies a condamné le Maroc pour avoir torturé le militant sahraoui Naama Asfari, alors que cette année, le tribunal marocain a prononcé huit condamnations à perpétuité contre des militants sahraouis sur la base d’aveux soutirés sous la torture, a-t-elle rappelé.

"En Espagne, nous parlons des prisonniers politiques au Venezuela, mais nous ne considérons pas la brutalité de la situation au Sahara occidental, un territoire loin de 30 kilomètres des îles Canaries et qui, pendant un certain temps, faisait aussi partie de l'Espagne", a-t-elle conclu.(SPS)

020/090/700