La protection de la France avec la position "négative" du Maroc est "le plus grand obstacle" à la solution du conflit du Sahara occidental (Khatri Addouh)

Paris, 20 oct 2017 (SPS) Le président du parlement sahraoui (Conseil national), Khatri Addouh a affirmé vendredi, lors d’une rencontre parlementaire à l’Assemblée nationale française, que la protection de la France avec la position "négative" du Maroc est "le plus grand obstacle" à la solution et l’application de la légalité internationale.

Rappelant  la question du Sahara occidental, posée depuis 42 ans à l’Onu, comme question de décolonisation, M. Addouh a regretté qu’elle "ne trouve pas de solution", en raison du soutien des puissances occidentales à l'occupant marocain.

Il a affirmé que toutes les démarches du Maroc avec ses soutiens "ont échoué", car, a-t-il expliqué, "ils ont oublié la nature juridique de la question et l’existence d’un peuple avec son histoire et sa culture".

Sur un autre volet, le président du Parlement sahraoui a attiré l’attention sur "l’impatience" des Sahraouis vis-à-vis de leur droit à l’autodétermination, réaffirmé par toutes les résolutions de l’Assemblée générale et du conseil de sécurité.

Inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non-autonomes, donc éligible à l'application de la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU portant déclaration sur octroi de l'indépendance aux pays et peuple coloniaux, le Sahara occidental dernière colonie en Afrique est occupée par le Maroc depuis le 31 octobre 1975, malgré les résolutions des Nations unies qui appellent à l’organisation d’un référendum d’autodétermination du peuple sahraoui. (SPS)

020/090/00