Le Conseil consultatif sahraoui adresse un message fort à Kohler pour mettre fin aux souffrances du peuple sahraoui

Aousserd (Camps de réfugiés sahraouis), 18 oct 2017 (SPS) Le vice-président du Conseil consultatif sahraoui (CCS), Aba Mohamed Mouloud Baali, a adressé à l'envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sahara occidental, Horst Kohler, un message fort pour mettre un terme à ses souffrances dans les camps de réfugiés sahraouis et les régions occupées, et parvenir à une solution rapide au conflit sahraoui qui dure depuis 42 ans".

Dans d'une allocution prononcée au nom du CCS lors de sa rencontre avec  l'Envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU, M. Aba Mohamed a précisé que le peuple sahraoui "adresse à M. Kohler un message fort pour parvenir à une solution rapide au conflit au Sahara occidental.

 Le vice-président du CCS a souligné que le peuple sahraoui avait "traité positivement avec tous les envoyés précédents de l'ONU en dépit de l'absence, jusqu'à présent, d'une solution juste à la cause sahraouie".

 Le responsable sahraoui a indiqué que les efforts des envoyés onusiens qui se sont succédé au Sahara Occidental ont été voués à l'échec en raison de l'obstination marocaine. Il a dans ce contexte salué la démarche pour laquelle l'envoyé de l'ONU était venu au Sahara Occidental, ajoutant que ce dernier jouissait d'une grande expérience eu égard aux nombreux postes qu'il a occupés, ce qui lui permettra d'user de son expérience dans la résolution des conflits en suspens, d'autant plus que M. Kohler était un ancien président de l'Allemagne.

M. Baali qui a réitéré sa confiance en M. Horst Kohler, a exprimé la  disponibilité du peuple sahraoui à "traiter de nouveau avec l'envoyé onusien", appelant l'ONU, par le biais de son envoyé personnel, à "intervenir rapidement pour mettre fin à la répression et aux tueries des citoyens sahraouis dans les régions occupées du Sahara Occidental ainsi qu'aux procès sommaires de jeunes sahraouis dans les territoires occupés".

Le vice-président du CCS a soutenu par ailleurs que le "peuple sahraoui ne peut supporter plus longtemps le cessez-le feu en raison de ce qu'il subit comme violations des droits de l'Homme, enlèvements et répression à l'intérieur des geôles marocains depuis la proclamation du cessez-le-feu en 1991". (SPS)

020/090/TRD